Un Jour, une Idée

Podcasts

24 janvier 2018 : comment expliquer la conversion à l’islam d’un nombre croissant de Français

pexels-photo-355952

La chronique de Victor Loupan.

Dans les rues de nos villes, on voit de plus en plus d’européens, portant des signes ostensibles d’appartenance à islam. Comment s’explique, à votre avis, la conversion à l’islam d’un nombre croissant de Français ?

Le nombre des conversions à l’islam radical, n’est pas divulgué. En France on aime bien cacher les chiffres. Mais, il suffit de se promener dans les rues, pour être frappé par le nombre de personnes de type physique européen portant des signes vestimentaires islamistes. La conversion des Européens à l’islam est d’ailleurs un phénomène transnational. Il y a quelques jours, une djihadiste allemande a été condamnée à mort, en Irak. La conversion des Allemandes à l’islam est un fait de société outre Rhin. Ces tendances sociales inquiètent les services de police. La crise actuelle dans les prisons françaises s’explique elle aussi par la radicalisation d’un nombre croissant de détenus. En tant que chrétiens, nous devons nous interroger sur le pourquoi de ces conversions. Pourquoi ces jeunes français choisissent l’islam, plutôt que le christianisme religion de paix et d’amour ?

Et pourquoi à votre avis ?

Tout d’abord, je pense, parce que l’islam se présente comme une religion affirmative, et une religion des pauvres et des opprimés. Mais aussi, parce que c’est une religion guerrière et conquérante. Le christianisme prône la faiblesse : le Christ aux outrages, Sa mort en croix, le martyre des apôtres et des premiers chrétiens, le côté « je suis doux et humble de cœur », tout cela répugne à une grande partie des jeunes d’aujourd’hui. Et particulièrement à ceux dont le quotidien est fait de violence physique, économique et symbolique. Ils sont incapables d’entendre un discours qui leur propose de tendre l’autre joue. Oui, l’offre politique et morale de l’islamisme est le défi le plus important auquel doit faire face aujourd’hui l’Eglise. Par « Eglise », j’entends « nous tous », l’ensemble des chrétiens. Il s’agit, en fait, du principal défi de la modernité.

Pourtant, on dit souvent que l’islamisme et la modernité sont des notions antinomiques.

Grave erreur. L’islamisme est l’idéologie révolutionnaire principale de notre époque. Elle constitue même la seule opposition radicale à l’idéologie occidentale, que les islamistes présentent comme une ignominie mensongère, dégradante et oppressive. L’hyper-modernisme de l’islam est inscrit dans la critique radicale de notre modernité. Critique qui se fait d’ailleurs par les moyens de diffusion les plus sophistiqués et des techniques de l’information les plus avancées. L’efficacité de la propagande islamiste est reconnue par tous ceux qui essaient de la combattre.

L’Eglise, doit-elle se lancer dans un combat contre l’islam ?

Tout dépend de ce que l’on appelle « combat ». Pour le moment, l’Eglise est surtout obsédée par le « dialogue interreligieux ». Le dialogue interreligieux a, certes, son utilité, mais il n’épuise pas le sujet. « La charité sans vérité pourrit ! » Il ne s’agit pas d’aller convertir les musulmans en terre d’islam, mais de relever le défi islamique en terre chrétienne. Car en fait, l’islam occupe doucement mais sûrement, le terrain laissé en friche par le recul dramatique du christianisme, partout en Europe occidentale. Nous avons accepté d’être cantonnés dans la sphère moralisatrice et bioéthique, où nous enchaînons les échecs et où l’on nous entend d’ailleurs de moins en moins. Les islamistes n’organisent pas de « manifs », mais ils sont présents, peu ou prou, dans chaque foyer musulman de France. Et, franchement, comment ne pas comprendre un jeune français désœuvré, quand il voit sur son ordinateur des prêcheurs jeunes au regard de braise, qui lui parlent du sens de la vie et de la mort, du bien et du mal, du paradis et de l’enfer ? Toutes choses autour desquelles nous mettons, hélas, beaucoup de guillemets et de points d’interrogation.

Commentaires

  1. Bonjour Mr.Loupan
    Au plaisir de vous avoir lu, je prendrai le même plaisir à vous répondre.
    Que la paix et la bénédiction de Dieu soit sur vous et ainsi que sur toute l’humanité.

    J’aimerais si vous le voulez bien, débattre sur ce sujet avec vous en énonçant plusieurs points étape par étape.
    Premièrement vous évoquez le terme « vêtements islamistes », or durant l’ère pré-islamique (ère chrétienne en outre) les femmes se couvraient elles aussi avec des pagnes et de grands draps couvrant leurs parures et leurs attribus par chasteté, de même les « bonnes soeurs » utilisent elles aussi des vêtements pour se couvrir etc.
    Mais je constate que cela gène beaucoup de personnes lorsqu’il s’agit de femmes musulmanes, j’aimerais bien que vous me dîtes d’après vous, quel est le problème pour une femme de se vêtir de façon a ne pas laisser apparaître ses formes et ses parures par preuve de pudeur et de chasteté.
    Or en France dans ce magnifique pays dont je suis née, le symbole est la liberté (on peut aussi comprendre la liberté de s’habiller comme bon nous semble -petite parenthèse, lorsque vous voyez des femmes vêtue de façon vulgaire et sont menées a la débauche, là, « l’église » comme vous la citez de manière générale vous ne vous sentez pas responsable à aider ces pauvres femmes perdues et ignorantes?-), donc je reprend à la liberté avec ce qui suit, la fraternité, nous sommes tous frères et soeurs, tous enfants d’Adam et Eve, savez vous je suis originaire d’une île dont vous avez sûrement déjà entendu parler qui est l’île de la réunion, où là-bas, juifs, chrétiens, musulmans, bouddhistes,hindouiste et toutes religions quel qu’elles soit,nous vivons ensemble dans le respect d’autrui et dans la compréhension que chacun est libre de suivre le chemin qu’il veut nous vivons mains dans la mains dans le respect d’autrui et de nos libertés de penser, or, votre discours critique l’islam, je le trouve stigmatisant, vous vous basée sur une minorité (radicalisation) en oubliant malheureusement une majorité qui suit sa religion prônant la paix,l’égalité, la justice, l’équité, le respect, la modestie, la générosité et beaucoup d’autre qualité humble et humaine mais je vois malheureusement que vous jugez a l’homme et non a sa religion en se basant sur elle même, ne sachez vous pas que l’homme est imparfait et qu’il y a des bons et des mauvais partout peu importe leurs sociétés? et malheureusement vous parlez également sans connaissance, car vous n’avez surement pas étudier l’islam de façon objective (de part l’étude du Saint Coran et la biographie du prophète Mohammed) comme vous le faites avec votre propre religion, mais avec un oeil péjoratif certainement, mais je vous invite ainsi que tous nos frères et soeurs (musulmans ou non) de lire et de s’instruire et comprendre cette religion avant de faire toutes constatations ou mauvaises interpretations car votre discours nous divise, mais a vous lire peu être auriez vous l’envie de nous mener une dictature à forcer tout le monde de à suivre votre voie et de penser comme vous? -ironie- . Ce qui nous mène au dernier point qui est l’égalité : nous sommes tous égaux et avons tous les mêmes droits peu importe notre rang social, notre religion nos façons de pensées de par notre vécu et nos convictions. Je vous remercie de mavoir lu et espère que cela a été fait avec un point de vue objectif pour éventuellement pouvoir ouvrir un débat sur ce sujet avec vous. En restant a votre disposition je vous prie d’agréer mes sincères salutations. Que Dieu nous bénisse et nous aides dans tout ce que l’on souhaite entreprendre.
    Cordialement. Mme Pascal

  2. Le christianisme religion de paix et de l’amour , va raconter cela aux indiens américains du nord ou du Sud comment ils étaient traités par les gens de l’église .
    Aller raconter cela aux noirs comment ils étaient traités par de bons chrétiens lorsqu’ils étaient esclaves .
    Aller raconter cela aux juifs comment ils étaient maltraité pendant des siècles.

  3. Faisons un peu d’histoire, dans la Grèce antique les femmes portaient le voile et n’avaient pas la moindre importance, de -1000 env à Jesus(Issa paix sur lui), Saint Paul ( Paul de Tarse)lui même a fortement incité les femmes à le porter dans plusieurs ecrits, il était de convenance que les femmes mariées le portent, puis aux tours des femmes non mariées, sauf les prostituées étaient exemptées (dites disponibles sexuellement). Ces faits dates de la période avant l’islam (anterieure à islam), ce voile n’était qu’une protection (intouchable) par rapport aux femmes non voilées. Cette pratique a perduré a l’apogée de l’ère chrétienne dans toute l’Europe (s’exposer revient à se prostituer)
    Entre le IVeme et le VII siècle le voile devient le symbole de la femme chrétienne. Pour être progressivement au fil du XXeme siècle remplacée par le foulard, qui de la tête est passé sur les épaules… Et enfin c’est Jean Paul II en 1983 dans le nouveau code de droit canonique, entérinant une certaine pratique « se couvrir la tête même dans les églises, n’est plus requis!!!
    Sachant que les droits des femmes ont moins d’un siècle « incroyable, et pourtant vrai  » vérifiez, prenez quelques minutes pour contrôler…
    Pour qu’elles raisons cachent on ces faits historiques… posez vous la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *