Rencontre

Podcasts

23/01/2020 : Bernadette Sauvaget, journaliste à Libération, qui suit pour le quotidien les questions de religion et de laïcité depuis une vingtaine d’années, et publie « L’affaire Ramadan » (Ed. Fayard). Retour sur le procès du père Bernard Preynat

IMG_6766-773x435

Bernadette Sauvaget, journaliste à Libération, qui suit pour le quotidien les questions de religion et de laïcité depuis une vingtaine d’années, et publie « L’affaire Ramadan » (Ed. Fayard). Retour sur le procès du père Bernard Preynat.

Commentaires

  1. Bonjour je pense qu’il ne peut y avoir de prescription de ce genre d’action du côté des victimes par contre quand on a affaire à un pervers narcissique comme Bernard Preynat (ex faux prêtre et non pas ex prêtre) cela ne change rien puisque le pervers est par définition quelqu’un qui ne change pas pour cela se référer à Pascal Ide qui a publié un livre sur les manipulateurs et Lytta Basset qui a aussi publié sur le sujet et affirmé que Jésus lui-même a eu affaire à des pervers et qu’il en a lui-même fait les frais parce qu’ils désirent rarement changer et je rajouterai qu’avoir subi la maltraitante soi-même n’autorise en rien à le faire pour cela se référer au cas de Tim Guérard maltraité gravement dans son enfance et qui n’a pas reproduit ces actes il a même pardonné à ses bourreaux et en plus comblé du comble des personnes lui affirmaient qu’il reproduirait forcément, donc le problème vient du fait que tout être humain est voué à faire confiance puisque c’est inscrit dans sa nature et l’Eglise a voulu faire confiance à Preynat il n’y a qu’à voir les conjoints ou enfants victimes des pervers narcissiques et qui mettent des années à s’en rendre compte car ces pervers sont capables de montrer une facette faussement bienveillante pour mieux isoler leurs victimes et semer doute et confusion dans les esprits il n’y a pas d’époque post soixante-huitarde à accuser car si les téléphones portables et les réseaux sociaux avaient existé à cette époque on aurait pu court-circuiter les coupables conclusion merci internet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *