• Société
Dimanche à 7h53, 11h52 et 23h25. 172 podcasts

Soeur Marie Blaise, smsm, témoin et icône de la gratuité de l’amour de Dieu – partie II

09.01.22
Voir +

Réécouter l'émission

Soeur Marie Blaise, smsm, témoin et icône de la gratuité de l’amour de Dieu –...

Osons la gratuité 07h53

Bonjour à tous. Poursuivons notre réflexion [1] sur la vie de sœur Marie Blaise, cette grande missionnaire rappelée à Dieu le 9 Décembre dernier dans sa 108ème année. Comment faire redécouvrir la valeur d’une vie consacrée au Christ à ce monde qui semble devenu fou, pour qui, selon l’expression de Saint Jean-Paul II « l’efficacité rentable est devenue une idole »[2] ? Car sœur Marie Blaise témoigne par sa vie qu’il est « indispensable (…d’) être attentive à écouter le cri des pauvres, surtout de ceux dont l’opinion publique ne se préoccupe pas et chercher comment répondre à cet appel (…) n’ayant d’autre but que de chercher à faire grandir le message chrétien en ceux que j’étais appelée à servir, les servant comme Marie, d’une manière humble et discrète dans le quotidien de la vie. »[3]

Or servir comme Marie ceux que le monde rejette est un appel qui nous concerne tous. Pour sœur Marie Blaise « La vocation est un don de Dieu : y être fidèle ne va pas sans difficultés (…) Parfois, c’est la solitude qui pèse et alors ses pièges de tristesse et d’abattement vous guettent. La maladie, devant laquelle on peut se demander : « pourquoi suis-je venue dans ce pays lointain ? Pourquoi ai-je quitté ma patrie ? N’est-ce pas pour un dévouement sans borne à la gloire de Dieu, un sacrifice quotidien pour le salut de mes frères que je côtoie chaque jour… » Les épreuves sont la marque la plus sûre des œuvres de Dieu. » [4]. Oh vous me direz que parler d’épreuves et d’austérité pour la gloire de Dieu et le salut de ses frères n’est plus compréhensible. Et que contempler les ruines morales et spirituelles du Catholicisme en Occident et la putréfaction actuelle de la Sainte Eglise est un choc si rude qu’il en est décourageant pour beaucoup. Justement, à ceux-là et aux autres, la vie de sœur Marie Blaise souligne combien ceux qui supportent austérité et épreuves par amour du Christ portent beaucoup de fruits dans l’Eglise. Regardez, lorsque sœur Marie Blaise a pu rejoindre Auckland en 1942, après avoir été exfiltrée en pleine guerre du Pacifique par les commandos de marine américains, elle était à 29 ans tout sauf ce qu’elle voulait dans l’Eglise : expatriée et réfugiée durant quatre années d’attente dans l’espoir du retour en Mission, à prier pour ses sœurs internées dans un camp de concentration. Lorsqu’elle put enfin revenir dans les îles et reprendre sa mission, le choc fut rude « Rien de plus poignant que de revenir sur des lieux où partout les ruines sont étalées devant les yeux. Eglises, presbytères, couvents, dispensaires, écoles… tout avait été la cible des bombes. Il fallait reprendre le travail à zéro… La tâche était dure et ce fut long mais peu à peu les plus forts encourageant les faibles, les œuvres reprenaient vie. » [5] Alors chers amis et pour conclure notre réflexion, retenons que les saints nous appellent toujours à les suivre pour devenir témoin de la gratuité de l’amour du bon Dieu auprès de ceux que ce monde rejette. Car, comme Sœur Marie Blaise nous le redit du haut du Ciel « Il faut tenir bon, autrement le courant des eaux boueuses a vite fait de vous emporter ( …) Ayant entendu l’appel à suivre le Christ et accepter clairement l’enjeu de l’Amour en le servant, Lui, dans la personne des pauvres, il reste encore à redire : « oui », jour après jour pour ce don total et vrai à Dieu. » Merci chère Sœur Marie Blaise, priez pour nous.

[1] Voyez la Chronique du 2 Janvier 2022 «Soeur Marie Blaise, smsm, témoin et icône de la gratuité de l’amour de Dieu – partie I »

[2] Cf Homélie du pape Saint Jean-Paul II du 19 septembre 1984, Voyage apostolique au Canada

[3] Le 3 mars 2013, les sœurs maristes célébraient le centenaire de sœur Marie Blaise. A cette occasion, son neveu a lu le message que sa tante leur avait dit le jour de son jubilé d’or célébré en famille, le samedi 30 juillet 1983. Cette citation en est extraite.

[4] ibid

[5] ibid

Réagir à l'émission