Le Débat de la Semaine version courte

Podcasts

Émission du 7 décembre 2018 : Gilets jaunes, Acte IV / la béatification des martyrs d’Algérie

débatteurs

Antoine Assaf, écrivain, philosophe franco-libanais

Philippe Clanché, journaliste

Samuel Pruvot, rédacteur en chef à Famille Chrétienne.

Sylvie Carnoy, blogueuse, twitter Sylvie On Live

 

Trop peu, trop tard, trop lent : Est-ce le début de la fin pour Emmanuel Macron : la crise des gilets jaunes va jouer l’Acte IV ce samedi. Les pouvoirs redoutent une très grande violence. « J’appelle chaque catholique à être présent là où il est », a déclaré Mgr Aupetit dans un communiqué où il plaide pour un véritable dialogue et une société fraternelle.

Puisqu’on parle de frères, on ira aussi en Algérie, autour de la figure des frères trappistes de Tibhirine – qui seront béatifiés ce samedi à Oran. Là aussi, on parle de dialogue et de présence, auprès des Algériens et des musulmans.

DSC_0137

Commentaires

  1. Après avoir écouté votre radio, j’ai cherché sans succès l’opération « Jeter des fleurs » sur Internet. Elle ne semble pas bien relayée !

    Mais l’idée me semble belle et me fait penser à « la révolution des oeillets » au Portugal. Certains mettaient à la boutonnière un oeillet rose, et non rouge, pour refuser symboliquement la violence.

  2. Si Dieu renvoie les Riches les mains vides, est-ce vraiment caricaturer la politique macronienne que de dire qu’elle les renvoie les mains pleines ?
    Ensuite si les choses sont si compliquées qu’ils faille toutes sortes de gens spécialisés pour les mener à bien, qu’est-il besoin d’électeurs pour les élire ? Toute démocratie n’est-elle vouée à rester d’apparence, car quand on a 90 de quotient intellectuel ou même 100, comment pouvoir valablement discerner le bon grain de l’ivraie entre des candidats qui ont tous dans les 130 ? Quant au critère de la majorité : on voit son inexactitude, puisque la majorité aussi change d’avis. Elle a voté Sarko, elle a haï Sarko. Elle a voté Hollande, elle a haï Hollande. Preuve qu’au départ elle n’a pas vu juste et donc que la majorité comme critère du bon est faux.

    C’est vrai qu’un Roi simplifierait les choses. Il serait l’élu de Dieu. Plus besoin de se poser la question du mal ou du bien puisque tout ce qu’il ferait serait forcément bien. Oui mais il faudrait un personnage qui s’impose quand même un peu, des signes d’une élection divine. Je reviens sur l’histoire de l’apparition de la Vierge Marie en 1947. C’est possible que si une telle apparition survenait pour valider tel ou tel personnage, cela le mettrait hors d’atteinte d’un certain nombre de rivalités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *