• Actualité
Du lundi au Vendredi à 6h03 - 7h04 - 8h24 et 12h56 1124 podcasts

9 janvier 2017 : Des catholiques déchirés ?

09.01.17
Voir +

Réécouter l'émission

9 janvier 2017 : Des catholiques déchirés ?

Le point de vue 07h05

Nous avons sans doute été plusieurs, sinon beaucoup, à vivre un week-end studieux. C’est le cas d’Antoine-Marie Izoard, directeur de la rédaction de Famille Chrétienne. Cela a été aussi le mien. Nous avons occupé plusieurs heures de notre repos dominical à lire deux ouvrages, d’évidence contraires et contradictoires, avec cette particularité que leurs auteurs sont catholiques et n’en expriment pas moins des points de vue que l’on peut qualifier à peu près d’incompatibles. Résultat : le déchirement des catholiques est constaté et proclamé dans la presse. Il éclate à la une de deux hebdomadaires, Valeurs Actuelles et La Vie, qui l’un et l’autre mettent en avant les mérites de leurs champions respectifs. À ma droite, Laurent Dandrieu [1], auteur d’un essai sur le grand malaise provoqué par le Pape à cause de ses positions sur l’immigration. À ma gauche, si j’ose dire, car l’intéressé ne se veut pas de gauche, Erwan Le Morhedec [2], qui met en cause l’obsession identitaire de certains catholiques.

Je connais les deux hommes, j’apprécie leurs talents. Je conseille la lecture de leurs deux essais, qui suscitent l’un et l’autre la réflexion. La réflexion et la perplexité, car les sujets abordés sont d’une gravité et d’une complexité considérables. Dans le court espace d’un éditorial, il m’est impossible de résumer leurs argumentaires et encore moins de trancher de façon catégorique. J’ajoute que si je voulais formuler ma propre opinion, il me faudrait aussi presque l’espace d’un livre. Il ne s’agit pas de se dérober, se serait lâche. Et je compte bien m’exprimer pour ma part de façon substantielle un jour prochain. Pour aujourd’hui, on me permettra d’émettre simplement un vœu. C’est que s’ouvre un débat loyal, sans exclusive, qui évite autant que possible les anathèmes et les excommunications. Ce n’est pas la première fois que les catholiques sont divisés entre eux. Il est arrivé que les oppositions soient quasiment irrémédiables. Cela avait été le cas pendant la guerre d’Algérie. Pour les réunir, l’abbé Jean-Marie Lustiger qui était alors aumônier des étudiants du centre Richelieu, avait pris l’initiative d’une rencontre dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, où au moins les deux camps pouvaient communier dans la prière. Faudra-t-il recommencer l’expérience ? Qui sait ? En attendant, il n’est pas interdit d’essayer de se parler.

Réagir à l'émission