L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

1 juillet 2020 : L’université en procès ?

L'éditorial

Siège principal de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
© Celette / CC by-sa

Est-il vrai, comme le veut Le Monde qu’Emmanuel Macron s’est aliéné les sciences sociales, en s’en prenant au monde universitaire ? Tout est parti de quelques phrases prononcées en privé par le président de la République et rapportées par le quotidien du soir : « Il – le monde universitaire – a encouragé l’ethnicisation de la question sociale, en pensant que c’était un bon filon. Or, le débouché ne peut être que sécessionniste. Cela revient à casser la République en deux. » On comprend qu’une telle assertion ait provoqué un bel émoi du côté des intéressés, d’abord ceux qui se sont sentis visés à juste titre, et les autres qui ont estimé injuste le caractère général de l’accusation. Il n’empêche que le président a posé une question judicieuse et que, sur ce point précis, j’ai de bonnes raisons de penser qu’il a été bien conseillé.

À plusieurs reprises, j’ai moi-même dénoncé le danger d’une racialisation de la société, encouragée par ceux qui, prétendant combattre les discriminations raciales, imposent, de facto, une lecture des rapports sociaux en terme d’ethnicité. On va jusqu’à énoncer le principe d’un suprémacisme naturel à l’homme blanc. Cela nous donne une idéologie, souvent importée des universités américaines, qui n’est pas sans conséquences directes sur certains comportements et certaines manifestations. Bien sûr, on peut s’insurger contre le lien établi entre la contagion universitaire et le mouvement déclenché autour de la mort d’Adama Traoré. Mais on est bien obligé de relever des analogies troublantes.

Par ailleurs, il serait parfaitement hypocrite d’ignorer qu’il existe des tropismes idéologiques qui caractérisent une époque. Hier, Raymond Aron pouvait dénoncer l’opium des intellectuels, alors qu’une inspiration marxiste travaillait tout le milieu de l’intelligentsia. Aujourd’hui, il est aussi évident que tout le secteur des sciences sociales demeure largement dépendant de l’influence de Pierre Bourdieu et de son analyse des faits de société en terme de domination et d’exclusion. Sans doute y a-t-il des oppositions, des débats à l’intérieur des disciplines en cause, et il y a lieu de garder à la vie intellectuelle sa pleine autonomie. Mais il n’est pas possible de ne pas réagir face à des menaces précises, et le label scientifique que l’on s’accorde ne saurait paralyser de justes ripostes, surtout lorsqu’il s’agit d’orientations d’extrême importance pour l’avenir de nos sociétés.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *