L'éclairage spirituel de Mgr Matthieu Rougé

Podcasts

2 octobre 2020 : Une écologie vraiment humaine

Mgr Rougé

Il y a cinq ans, vous le savez, le pape François publiait sa grande encyclique sur l’écologie intégrale : Laudato si’. Une nouvelle encyclique, c’est-à-dire une lettre pontificale adressée à tous, va semble-t-il paraître dimanche prochain 4 octobre, en la fête de saint François d’Assise. Son titre devrait être : Fratelli tutti, Tous frères. Prendre soin de la création est la condition du respect authentique de la dignité humaine, c’est le message de Laudato si’. On ne prend pleinement soin de personne si on n’est pas attentif à tous : le principe de dignité et le principe de fraternité marchent ensemble, ce sera j’imagine le thème de Fratelli tutti.

Dans le même laps de temps, alors que le maire d’une grande ville française appelle de ses vœux une charte du droit des arbres et que le Gouvernement annonce l’interdiction des spectacles de dauphins et des numéros de dompteurs au cirque, l’Assemblée nationale a voté subrepticement cet été, au terme de l’examen du projet de loi de bioéthique, l’autorisation de l’interruption médicale de grossesse jusqu’aux derniers jours avant l’accouchement en cas de « détresse psychosociale ». On préserve les sapins et les tigres, ce qui n’est pas illégitime, mais on porterait atteinte, si cet article de loi était confirmé, aux « petits d’homme » sur le point de naître.

Comment comprendre et accepter une telle contradiction ? L’écologie intégrale constitue un bel et bon humanisme mais l’écologisme, qui en vient à l’idolâtrie des arbres et des animaux et oublie les enfants à naître, constitue à l’inverse un véritable antihumanisme. Prétendre « sauver la planète » sans prendre en compte la dignité humaine ne peut conduire qu’à porter atteinte et à l’environnement et à la personne humaine. Selon l’excellente formule du Cardinal Vingt-Trois, plus que jamais d’actualité, il est important que tous ceux qui veulent se mobiliser et pour l’environnement et pour la dignité humaine se manifestent, d’une manière ou d’une autre. La crise sanitaire par excellence, c’est la crise du principe d’humanité.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *