Face aux Chrétiens

Podcasts

Émission du 23 mai 2019 : Européennes : Jean-Dominique Guiliani, de la fondation Robert Schuman

illustration Face aux Chrétiens

Jean-Dominique Giuliani, président de la fondation Robert Schuman, est l’invité de l’émission Face aux chrétiens jeudi 23 mai. Le spécialiste des questions européennes s’exprime notamment sur Emmanuel Macron, les « ennemis » de l’Europe et sur la question des racines chrétiennes.

Emmanuel Macron : « La France avait disparu des écrans, elle revient »
Interrogé sur les initiatives du président Macron pour relancer le projet européen, Jean-Dominique Giuliani commente : « Il est dans le rôle traditionnel des présidents français. La France est depuis l’origine agitateur d’idées. On l’a un peu oublié avec François Hollande qui avait pris beaucoup de distances. La France avait disparu des écrans, elle revient » dit Jean-Dominique Giuliani qui estime nécessaire « une nouvelle phase européenne. Les Etats membres doivent proposer de nouveaux objectifs ».

La compétition mondiale. « La nouveauté, c’est que l’Europe a des ennemis »
Jean-Dominique Giuliani explique que La Chine, la Russie ou même les Etats-Unis « travaillent » aux divisions de l’Europe. « Trump a dit que l’Europe est un ennemi commercial » rappelle Jean-Dominique Giuliani qui estime ce contexte nouveau : « L’Europe n’avait pas l’habitude. Elle n’avait que des amis, c’était un peu bisounours sur la scène internationale. Cela a beaucoup changé. Tout le monde a compris que les rapports de puissances, les rapports de force, ça existe encore. mais nous avons beaucoup d’atouts » affirme le président de la fondation Schuman.

Racine chrétiennes : « Il faut assumer nos valeurs »
Jean-Dominique Giuliani estime que le défi culturel « a été nié à l’initiative des dirigeants français ». « Le refus d’inscrire les racines chrétiennes » dans la constitution européenne « a été une erreur fondamentale. Il faut assumer nos valeurs personnalistes d’origines chrétiennes. C’est une force. Nous avons raté ce sujet à l’initiative de Lionel Jospin et de Jacques Chirac » qui étaient alors premier ministre et président.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *