L’Entretien de l'Archevêque

Podcasts

Émission du 7 septembre 2019

Mgr Aupetit

Commentaires

  1. Bonjour Monseigneur,
    En cette rentrée 2019, beaucoup de prêtres ont été mutés après 6 ans ou un peu plus sur un autre secteur pastoral. Pour eux c’est une nouvelle découverte de lieux et de visages. Mais pour les paroissiens ?? Vont-ils avoir envie de se confier encore à un nouveau prêtre ? N’en auront-ils pas assez de raconter tous les 6 ans une partie de leur vie à un nouvel abbé ! 6 ans : le temps de marier un couple , de baptiser un ou deux enfants… après au prêtre suivant..Personnellement, un prêtre nous a mariés, un autre a baptisé notre fils, le suivant a accompagné la communion de l’enfant et enfin un autre a célébré la cérémonie religieuse des obsèques de mon époux et la valse des prêtres continue…J’ai autour de moi des jeunes que notre prêtre très pieux avait su convaincre et qui avaient entamé une conversion! Plouf ! tout s’écroule !Les voilà peinés, désorientés, moins motivés ! Je crois Monseigneur que l’église participe, elle même, par son fonctionnement instable à vider ses lieux de culte. Rupture, perte de repères, confiance accordée puis perdue, entraînent un découragement de la pratique et de l’investissement dans la vie pastorale.Certes, ces jeunes continueront de croire en Dieu, ils feront baptiser leurs enfants après un mariage religieux et attendront l’âge du catéchisme pour revenir à une messe.Est ce bien cela que l’église veut ? J’entends dire qu’il ne faut pas que les prêtres s’attachent ! s’attachent à quoi ? à qui ? aux lieux ? aux paroissiens ? aux habitudes ? Fadaises…et plus grave cela traduit un manque de confiance en celui qui a offert sa vie à Dieu. Dieu est-il content de voir les paroissiens, ceux qui lui redisent leur OUI régulièrement, en larmes lors de l’Adieu au prêtre, à l’ami, au confident, au représentant de celui qu’ils aiment : JÉSUS ??

  2. C’est toujours avec beaucoup d’admiration , et d’envie que j’écoute Mgr Aupetit . C’est un scientifique de formation et il ne semble pas connaître le doute sur l’existence de Dieu . Un sentiment qui revient régulièrement chez moi , catholique depuis ma naissance .

  3. Bonjour. Simple fidèle, j’ai envie de laisser une réponse fraternelle au commentaire de Marie-Françoise Beyssen. Je pense pouvoir comprendre son message, sa tristesse, son désarroi parfois. Moi aussi, j’ai été très marqué par tel ou tel prêtre. Après un long parcours de Foi, je sais maintenant que c’est Jésus, le Christ que nous devons apprendre à connaître, à suivre chaque jour davantage, c’est à Lui que nous devons apprendre à faire confiance. Bien sûr, les prêtres, les communautés paroissiale, diocésaine, religieuse… sont là pour nous y aider, à travers des rencontres et compagnonnages humains, incarnés. Ce que peut semer un prêtre est formidable. J’ai envie de dire : le plus important c’est ce qui pousse après son départ! Comme dans la parabaole du semeur : où sont tombées les semailles du prêtre? Je me souviens de la conclusion de la première homélie de Michel Aupetit en tant qu’archevêque de Paris : « Ne regardez pas l’archevêque, regardez le Christ! » Amen 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *