En Quête de Sens

Podcasts

16 mai 2019 : faire son coming out quand on est catho pratiquant?

homosexualité

Marie ClemenceComment accueillir son homosexualité et l’annoncer à sa famille et à ses proches quand on est issue d’une famille bourgeoise, catholique pratiquante alors que sa vie paraissait toute tracée et tranquille ? C’est le récit de Marie-Clémence qui, aujourd’hui à 31 ans, révèle dans son livre « On ne choisit pas qui on aime » publié aux éditions Flammarion, tout son parcours de vie, son amour, ses épreuves, la relation à sa famille et à la religion et sa volonté de vivre sa vie sereinement comme tout le monde, sans tomber dans le militantisme. Mais comment combattre cette peur, ce rejet et cette ignorance chez les autres ? Comment faire en sorte que les regards et  les attitudes changent, les clichés tombent,  à l’heure où les actes homophobes et discriminatoires se multiplient ?

  • Marie-Clémence Bordet- Nicaise : chargé de productionIssue d’une famille bourgeoise et catholique, Marie-Clémence avait une vie toute tracée. À 21 ans, elle était en couple avec un garçon charmant que ses parents appréciaient, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Jusquiame jour où Aurore, une collègue de travail, est entrée dans sa vie, pour ne plus en sortir. En quelques mois, Marie-Clémence se sépare de son fiancé, s’installe avec Aurore et commence à construire une vie heureuse et épanouie. Dès lors, elle décide de l’annoncer à sa famille et à ses proches, chez qui les réactions sont diverses. Son histoire d’amour a bouleversé, au cours des années, son rapport à sa famille, à son milieu social, à la société, à la religion et à ses rêves de petite fille.  Son blog :
  • Yolande du Fayet de la Tour : gestalt -thérapeute, formée à la thérapie du lien, intervenante à la Maison des familles de Boulogne-Billancourt du diocèse de Nanterre, au sein d’un groupe de parole autour de l’homosexualité, fondatrice du Cabinet Arboressence
  • Florence : maman catholique pratiquante dont le fils est homosexuel

→ A noter le colloque qui aura lieu à Boulogne-Billancourt le samedi 23 novembre 2019 à la Maison des familles sur le thème « L’homosexualité, parlons-en »  

Commentaires

  1. J’ai du mal a entendre que la manif pour tous s’est montré violente vis à vis de l’homosexualité. Ce n’est pas comme cela que je l’ai Vécue. Si des paroles ou des événements ont pu accréditer cette affirmation, je n’ai pas vu que ce fusse le discours des organisateurs.

  2. Il eut été utile de définir les mots amour et couple, sinon on se parle en croyant se comprendre alors que ce n’est pas le cas si les uns et les autres donnent un sens différent aux mêmes mots.

    J’ai regretté aussi que la Foi soit confondue avec une appartenance socio culturelle et non une vie de relation et d’intimité avec Dieu avec sa Parole comme éclairage. On sort vraiment d’un carcan socioculturel non pas en luttant contre mais en s’enfonçant en Dieu qui donne SA lumière et la vérité sur ce qu’on vit.

    Désormais il serait bien d’avoir une autre émission où les invités soient des personnes homosexuelles de l’œuvre COURAGE par exemple.

  3. Je voudrais répondre à Claude et lui dire que la Manif pour tous a été d’une très grande violence pour les personnes homosexuelles ET leur famille. Certes, beaucoup des participants n’avaient pas l’intention d’être violent mais je trouve que c’est aussi rajouter de la violence à la violence que d’être dans le déni de la violence que l’on inflige. C’est pourtant exactement ce qu’il se passe. Refuser des droits, ne pas accepter d’entendre le besoin des personnes homosexuelles (qui , soit dit en passant, n’enlève rien aux personnes hétérosexuelles et leurs familles) EST VIOLENT.

  4. Faut il vraiment changer la définition du mot mariage ?
    C’est alors qu on risque de ne pas s entendre si on ne parle pas le même langage….

  5. Bonjour,

    J’aime énormément cette émission qui permet de construire de belles réflexions. Et ce sujet est particulièrement délicat, intéressant et utile à traiter. Donc MERCI !

    Il y a eu des points vraiment intéressants dans cette émission mais quand même, je reste largement sur ma faim. Finalement, vous n’avez à aucun moment affronté la fameuse question de fond : qu’est ce qui est de nature à générer un malaise dans l’Eglise sur la question de l’homosexualité. Il y a qqc de bien plus profond que la simple marginalité (permettez moi de vous dire que ce n’est même plus le cas aujourd’hui y compris dans l’Eglise). La question de l’altérité sexuelle physique est ordonnée c’est à dire qu’elle a une raison d’être dans la création de Dieu. En restant consensuel (« manque de formation », « méconnaissance », « peur d’être marginal ») on ne va pas bien loin et surtout, on devient RELATIVISTE : tous les couples se valent, il ne faut surtout pas faire de différences, ce n’est qu’une question d’amour…
    Sauf que la différence sexuelle fait partie des socles qui fondent l’altérité du couple : différence de génération et différence sexuelle… et qu’elle est FÉCONDE BIOLOGIQUEMENT ET SPIRITUELLEMENT. Au passage, les personnes homo ne sont pas fertiles. Mais leur couple l’est. Ça ne compte pas pour rien, surtout à l’heure du retour au bio ou l’on comprend bien que l’ordre de la nature nous parle de qqc de très profond en nous.

    Je précise qu’évidemment les personnes homosexuelles, comme tout le monde (et peut être plus encore du fait de leurs blessures), ont droit à un accueil chaleureux et bienveillant. Que les parents et amis doivent aimer inconditionnellement les personnes homosexuelles. Mais pour autant, ça ne veut pas dire tout cautionner et tout justifier. On peut accompagner son enfant jusqu’au bout tout en reconnaissant que ce qu’il vit n’est pas forcément le meilleur ni forcément le plan de Dieu puisque le thème est aussi celui là.

    Dernier point de perplexité : vous ne citez jamais l’association COURAGE. Qui au dire de certains de mes amis concernés par l’homosexualité est l’association chrétienne la plus en phase dans l’enseignement de l’Eglise et offre une magnifique fraternité et chemin de sainteté aux personnes concernées directement et indirectement par l’homosexualité. Ce silence m’interroge.

    En conclusion, merci aux intervenants de s’être lancés sur ce beau sujet, dommage qu’il n’y ait pas eu plus de fond !

  6. J’ai été très touché par le témoignage des invitées sur la mise à l’épreuve des relations familiales par la découverte de l’homosexualité d’un enfant et sur le chemin d’apprentissage de l’amour inconditionnel que celle-ci implique.
    En revanche, j’ai été déçu par l’absence de regard croisé dans l’émission invitant au discernement sur un sentiment amoureux « non choisi » se portant indifféremment sur une personne de l’un ou de l’autre sexe et sur les conséquences éventuelles de ce « non choix » en matière de filiation. Il me semble réducteur d’assimiler le point de vue éthique exprimé notamment par l’Eglise à ce sujet à l’ignorance, à la peur, voire à la VIOLENCE.
    Merci pour la qualité de vos émissions toujours très enrichissantes.

  7. Personnellement, je suis très choquée d’entendre ce genre d’émission sur radio notre dame. cela risque de banaliser une pratique qui ne concerne qu’une minorité de personnes et qui n’est en rien une option possible. Vous accréditez ainsi la confusion. La pratique ‘homosexuelle est condamnée dans la Bible et si elle est une tendance pour certaine personne, je pense qu’elle n’en est pas moins une relation désordonnée. Cette émission n’avait pas sa place sur cette antenne. Après ce genre d’émission beaucoup de jeunes vont se dire puisque les cathos en parlent avec tant de gentillesse et d’ouverture alors c’est que ce n’est pas grave et que cette pratique est normale. Franchement il faut oser dire que « tout n’est pas profitable » même si aujourd’hui la censure du « politiquement correct » nous l’interdit. Franchement radio Notre Dame, vous nous décevez.

  8. Je lis avec effarement :
    « On peut accompagner son enfant jusqu’au bout tout en reconnaissant que ce qu’il vit n’est pas forcément le meilleur ni forcément le plan de Dieu puisque le thème est aussi celui là. »
    Croyez-vous donc, Madame, que l’homophilie est un bug dans le plan de Dieu ? Et que savez-vous donc des plans de Dieu ?
    Les personnes qui vivent dans leur chair une orientation psycho-affective non choisie devraient donc se percevoir comme persona non grata dans l’ordre de la Création, à moins de faire une croix sur leur identité propre ? Ce qui est sûr en vous lisant, c’est qu’ils n’entrent pas dans vos plans à vous.
    Pensez donc à votre propre chemin de sainteté avant de décider de celui des autres, auquel Dieu pourvoira : c’est du moins ce que je crois.

  9. J’aimerais répondre à quelques-uns… Je commence par « anonyme », « choquée » que Radio ND diffuse « ce genre d’émission »… Madame (puisque vous avez l’honnêteté de préciser que vous êtes un femme), vous êtes hélas représentative de ces catholiques « conservateurs » qui condamnent une réalité qu’ils ignorent. Ils la rejettent parce-qu’ils sont dans l’observance stricte d’une morale dogmatique, édictée par l’église depuis trop de temps. Comme vous, madame, ils jugent et excluent, s’abritant derrière leur interprétation de la Bible. Vous faites plus que me choquer ; vous m’attristez profondément, dans votre certitude de détenir la vérité, votre hermétisme à tout dialogue. Je vous plains, madame. Quant à ceux qui évoquent « Courage » : il ne faut pas oublier que ce groupe accueille les personnes homosensibles, certes, mais avec une perspective de les remettre « dans le droit chemin »… Enfin, je remercie Marie-Clémence pour son témoignage et Yolande Fayet de la Tour quant à son « ouverture » d’esprit et de coeur.

  10. Un grand merci à Sophie Nouaille pour le choix du sujet qui a tout à fait sa place sur RND, n’en déplaise à certains. Un grand merci aux trois intervenantes pour leur témoignage. Oui, nos enfants n’ont pas choisi leur orientation sexuelle. Mais par notre amour de parents,nous pouvons les accompagner dans leur choix d’une vie heureuse en les acceptant tels qu’ils sont,en acceptant leur conjoint si c’est le cas. Chemin douloureux au début mais sur lequel on trouve petit à petit la paix quand on rencontre des gens bienveillants comme cela a été le cas pour nous à DUEC ( je rejoins tout à fait Florence) et dans le groupe de parole animé par Yolande que nous ne remercierons jamais assez.

  11. Un grand merci pour cette émission qui est une véritable bouffée d’oxygène, j’ai été particulièrement touché par la sincérité et l’honnêteté des participants qui ont su traduire avec des mots justes ce qu’éprouvent beaucoup de personnes homosexuelles ou leurs familles face à l’incompréhension ou au rejet dont ils peuvent être victimes.

  12. pauvre Radio Notre Dame qui écorne le catéchisme de l’église catholique ;avec Sophie Nouaille est très souvent loin …

  13. Je remercie énormément Radio Notre-Dame d’avoir eu le courage d’affronter un sujet aussi important. De telles prises de position sont prophétiques.
    A certaines réactions ci dessus on voit bien qu’on ne peut plus rester frileux. Il y a trop de pharisiens qui
    croient détenir la vérité au nom de Dieu. Or Dieu a un plan de sainteté sur tout homme et adapté à à lui, qu’il soit hetero ou homo, droitier ou gaucher, marié ou célibataire sans enfant.
    Etre homosexuel n’est pas être un sous-chretien. Dieu est présent dans ma condition d’homosexuel catholique, il donne à ma vie une fécondité inattendue par le bénévolat et par la rencontre de couples homos unis par l’amour mutuel, la prière commune, la recherche authentique de Dieu.

    En passant, une association comme Devenir Un En christ (DUEC) qui propose un cheminement spirituel est soutenue activement par les évêques français, ce qui n’est pas le cas de Courage, beaucoup plus ambigu, et qui se discerne lui même le titre de seule association reconnue par l’église.. Ce qui est loin d’être le cas !!!

    Je suggère à Radio Notre-Dame de poursuivre sur sa belle lancée en invitant DUEC à partager son expérience d’accueil et de foi.

    Enfin elle tirerait profit d’expliquer Amoris Laetitia et de montrer l’ouverture de cœur et spirituelle du pape sur ce qu’il appelle « les situations dites particulières ». Je suis sûr que l’équipe qui a préparé cette émission ci a les capacités de nous expliquer comment parle le cœur de notre pape…
    À l’exact opposé des cris d’orfraie de certains commentaires ci dessus.

  14. Merci Sophie Nouaille pour le sujet courageux et tellement INDISPENSABLE de cette émission !
    Merci Marie-Clémence de votre témoignage et Yolande de vos apports éclairés et éclairants.
    A tous ceux ci-dessus qui ne peuvent faire autrement que rassurer leurs peurs profondes en s’offusquant et niant des témoignages d’ouverture et d’amour, j’ai beaucoup de compassion pour vous. Vous semblez avoir « juste un peu » oublié que le Christ aime CHACUN de nous COMME IL EST ! Le catholicisme est une/la religion de l’amour, non ?
    A ceux d’entre vous qui considèrent l’homosexualité comme une maladie (il faudrait en guérir !), pourquoi ne traitez-vous pas les handicapés de la même manière ? Il sont malades eux aussi.
    L’homosexualité N’EST PAS UN CHOIX : Marie-Clémence dit : « On ne choisit pas qui on aime »
    Le Christ nous a enseigné : « Aimez-vous les uns les autres » : en fait, pour nous les Hommes, nous n’avons qu’une seule chose à faire, c’est tout simple, il suffit d’AIMER son prochain… 😉
    Mais apparement, ce n’est pas si facile, même quand on prétend faire partie de ceux qui cherchent à suivre le Christ…
    Le Christ nous a pourtant bien expliqué : « Ce que vous faîtes au plus petit d’entre vous, c’est à moi que vous le faîtes »…
    Méditons sur ces phrases fondamentales, éclairons de notre foi et ouvrons notre coeur ! J’y crois !
    Merci encore pour cette émission.

  15. Dans cette émission, il y a eu :
    1) Des choses justes :
    – Dire que le fait homosexuel est très hétérogène et que toutes les personnes qui s’en réclament ne sont pas à mettre dans le « même sac » ;
    – Dire qu’il y a besoin d’un débat pluridisciplinaire (philosophique, théologique, biomédical, anthropologique et éthique sur cette question dont les contours demeurent très flous en dépit de la volonté de trancher une fois pour toute ;
    – Dire que les personnes dites homosexuelles ne se résument pas à leur sexualité et qu’en tant que personnes humaines, elles ont une dignité propre qu’il faut respecter.
    2) Des choses pas tout à fait justes :
    – Dire de manière absolue que l’homosexualité n’est pas un choix (cela est peut-être vrai pour la majorité mais il y a des personnes qui affirment qu’elles ont choisi d’avoir des pratiques homosexuelles et certains de ces témoignages ont été publiés sur votre site) ;
    – Dire que l’on a une foi catholique et en même temps soutenir que le mariage homosexuel est chose bonne. C’est auto-contradictoire. Avoir la foi ne se résume pas uniquement à croire que Dieu existe. La foi catholique repose aussi sur la personne du Christ et sur l’Eucharistie, repas salvateur qui est source et sommet de tous les sacrements dont celui du mariage.
    – Dire que l’on ne choisit pas qui on aime. Il y a une différence entre « tomber amoureux » et « aimer ». Tous les conseillers conjugaux et les personnes impliquées dans la préparation au mariage le diront : on choisit qui on aime ou qui on veut aimer pour la vie et ce choix est d’ailleurs matérialisé par l’échange des consentements lors du mariage. Par exemple, si votre fille de 20 ans vous dit : « Je suis amoureuse d’un homme de 40 ans qui est le patron du cartel de drogue du coin et qui a fait la prison 3 fois, … », vous ne lui répondrez pas : « On ne choisit pas qui on aime ». J’ose croire que cette phrase faisait référence plus largement au fait d’être homosexuel.
    Par ailleurs, il me semble que c’est probablement une erreur pour notre chère radio chrétienne d’avoir organisé une émission avec des points de vue à sens unique sur un sujet aussi complexe ; ce d’autant que ces avis sont contraires à la doctrine officielle. Il aurait au moins fallu mettre une déclaration sur la page de l’émission pour indiquer que les points de vue des intervenants ne reflètent en aucun cas ceux de la Radio ou de ses parrains officiels (dont l’Archevêque de Paris). Sur un sujet aussi sensible, l’idéal est toujours de mettre en présence des points de vue contradictoires. Aussi, le fait que les paroles soient belles (il y en a eu dans cette émission) ne les rend pas forcément vraies ou justes.
    Enfin, quand nous menons la réflexion sur l’homosexualité, il faudrait se poser in fine la question du sens mystique du corps de chair sexué que le Christ est venu habiter ? Autrement dit : si l’humanité est œuvre de Dieu, pourquoi a-t-il crée les êtres humains homme et femme ? Pour ceux qui souhaitent entendre un autre son de cloche, je recommande la lecture de mon essai : « Plaidoyer pour la foi, l’amour et la vie » (Editions Les 3 Colonnes) / https://www.amazon.fr/Plaidoyer-pour-foi-lamour-vie/dp/2374801365/ref=sr_1_1?keywords=9782374801360&qid=1558059036&s=books&sr=1-1.

  16. Merci à Sophie Nouaille et à ses invitées pour cette excellente émission, pleine de douceur. J’ai été tellement saturée par les interventions de LMPT sur Radio Notre-Dame en 2012, que cela fait du bien d’entendre autre chose… Je suis tout à fait d’accord avec Yolande du Fayet de la Tour : le discours de LMPT a été extrêmement violent, dans la durée, pour les personnes homosexuelles, et j’admire que certaines ne se détournent pas complètement de l’église. On ne change pas la nature d’une personne à la force du poignet : on l’accueille et on l’accompagne, avec respect et tendresse, telle qu’elle est, en gardant en tête que ce qui compte est sa relation personnelle avec le Christ. Et puis rentrer de force dans l’intimité d’une personne me paraît, une fois de plus, violent.

  17. Un grand merci à Radio Notre Dame et à Sophie Nouaille pour cette émission et d’avoir le courage de présenter d’audacieux sujets. Il faut des personnes comme elle pour changer nos manières de penser, c’est important dans un monde qui évolue et qui commence à entrer dans un nouveau paradigme.

    Merci également aux intervenantes qui ont parlé avec leur coeur d’un sujet qui ne devrait plus en être un au 21ème siècle !
    Cela fait du bien à entendre, ça participe à un apaisement, et à la conviction qu’on ne fait aucun mal, et que nous ne sommes nullement dans ce soit disant mal dont parle l’Eglise.

    Le plan de Dieu c’est d’abord l’Harmonie dans nos coeurs et dans nos âmes, et c’est plutôt la pensée limitée de l’Homme que de croire que Dieu est derrière les règles dictées par l’Eglise catholique ! or l’Harmonie ne peut s’opérer en nous tant que les coeurs sont fermés.

    A la personne anonyme qui est choquée que cette émission pourrait banaliser cette pratique (!!…) permettez-moi de vous inviter à revoir votre vocabulaire, Aimer n’a jamais été une pratique…
    Or donc, vous appelez parler de ce sujet « avec gentillesse et ouverture » alors que vous ne faites que fermer des portes avec un esprit étriqué et être désagréable. Où est l’Amour que l’Eglise catholique prône en permanence, mais qui n’est nullement appliqué déjà dans les coeurs des croyants ?!

    Il faudra encore et encore des gens courageux et aimants pour faire avancer l’Eglise et les esprits en proie à l’insécurité que leur procurent les différences. Et il faut être vraiment dans l’Amour de Dieu pour tendre la main à ceux qui rejettent la notre en permanence.
    Alors je souhaite une longue route à cette émission pleine de bon sens.

  18. Belle émission ! 
    Beaucoup de choses sonnant juste et vrai ont été dites sur le ressenti de la personne homo-sensible elle-même et celui de ses parents. 
    Dans un registre plus inédit, j’ai noté la crainte de la maman par rapport à l’homophobie ambiante, sa peur que son fils puisse être agressé. Il y a quelques années on aurait parlé de la crainte du sida, aujourd’hui on parle d’agression physique. Cela fait réfléchir sur l’évolution de notre société!
    La difficulté pour les parents, très seuls eux-aussi, de trouver un interlocuteur fiable sur le terrain de la foi pour les aider à discerner et cheminer. Et l’attente aussi de la maman d’avoir la joie de voir son fils se marier, espérant qu’il serait alors heureux et stable. Les mots in fine sur la fidélité touchent beaucoup.
    On est loin de la manif pour tous !
    La Psychothérapeute a pu ponctuer les témoignages d’explications plus objectives, sans pédanterie. Cela aussi sonnait juste et permettait d’universaliser le propos. 
    En tout cas, cela montre combien l’Eglise catholique (clercs et beaucoup de laïcs) a besoin d’évoluer…

  19. Cette émission est avant tout un témoignage de vie qu’il faut savoir accueillir et respecter même s’il ne correspond pas exactement à nos schémas classiques. L’homosexualié est un grand mystère qui peut bousculer mais en même temps il permet de réfléchir et d’avancer pour peu qu’on prennent le temps de s’y attarder.
    Quant à ceux qui parlent de la doctrine je leur répondrai que c’est un peu le code de la route…. ce qui intéressant ce n’est pas de rester le nez dedans mais c’est de prendre la voiture et de rouler pour faire des rencontres et goûtez le vent du large « le nez en l’air et les cheveux au vent … »

  20. L’homosexualité n’est pas un choix ! On ne choisit effectivement pas qui on aime. Toutes les personnes homosexuelles rencontrées lors d’accueils au sein d’une association chrétienne qui accueille des personnes concernées directement ou non par l’homosexualité (Devenir Un En Christ), vous diront la même chose. Combien ont-elles souffert de se découvrir homosexuelles, d’accepter cette donnée incontournable. Est-ce qu’une personne hétérosexuelle choisit d’être hétérosexuelle ?
    Se pose alors la question de comment vivre son homosexualité, plutôt, comment répondre à cette vocation d’aimer et d’être aimé, malgré son orientation sexuelle. « Tu as toujours voulu me changer, jamais me rencontrer » nous a souvent dit Jean Vanier, lors des nombreux WE nationaux que l’association Devenir Un En Christ a vécu avec Jean. Rencontrer l’autre quel que soit sa différence, permet d’ouvrir son coeur, de voir l’autre comme une personne, d’abord comme une personne ! Quant au « mariage pour tous », contrairement à ce que certains médias ont véhiculé, le  » lobby gay » ne demandait pas spécialement une loi et bien sûr que les personnes homosexuelles ont été très malmenées, très blessées… !

  21. Monsieur le Directeur,

    J’ai été effaré par les commentaires virulents émis à la suite de l’émission de Sophie Nouaille sur le Coming Out, En Quête de Sens. Père de trois garçons dont deux sont homosexuels, j’avais moi-même participé le 4 octobre 2011 à une émission de la Voix est libre de RND sur l’homosexualité sans qu’il s’en soit suivi un « déferlement » de commentaires pour le moins désobligeants.
    C’est tout à l’honneur de Radio Notre Dame d’avoir le courage de réaliser des émissions sur des sujets que notre Pape qualifie à la périphérie ! Elles sont évidemment dérangeantes car elles nous interpellent sur des réalités qui ne sont pas celles de notre confort de tous les jours !
    Je reviens d’un week-end à Aix en Provence où je suis allé pour témoigner en tant que parent d’enfants homosexuels à une réunion organisée par le diocèse d’Aix sur l’homosexualité. J’y ai rencontré Raphaël arrivé du Kenya il y a trois mois : homosexuel, il avait réussi à s’échapper de son pays où il était poursuivi et où son ami venait d’être égorgé parce qu’il était homosexuel ! Voilà la réalité !
    Par ailleurs, je fais partie depuis plus de vingt ans de l’association Devenir Un en Christ (DUEC) : j’y ai beaucoup d’amis homos dont la foi profonde a ravivé la mienne !
    Aussi quand je vois les commentaires désobligeants (pour ne pas dire plus !) sur l’émission de Sophie, je voudrais pouvoir dire à leurs auteurs : »Sortez de votre confort quotidien, regardez à l’extérieur, venez à DUEC, à la périphérie rencontrer des personnes homos qui sont vos frères ! ».
    Pour conclure, transmettez à Sophie toute mon admiration pour oser aborder des sujets « à la périphérie », j’espère qu’elle continuera car ce sont ces émissions qui font honneur à Radio Notre Dame !

    Cordialement.

    Claude ETIENNE

  22. je suis très étonné : il y a beaucoup plus de commentaires favorables à cette émission que défavorables. Et s’il y en en qui expriment leur désaccord, leur différence d’opinion, peu sont « virulents ». En revanche, ceux qui ne sont pas d’accord sont violemment attaqués. Ce qui est regrettable dans cette émission, c’est qu’il n’y ait qu’un seul point de vue de proposer, et que la position de l’Eglise, du Pape François en est totalement absente, ce qui est dommage pour une radio catholique. Les homosexuels sont des frères en Christ, des Hommes créés comme tous les Hommes à l’image de Dieu et de ce fait à « aimer comme Jésus nous aime ». Pour autant « l’homosexualité active », la promotion de la famille sans père, ne rentre évidemment pas dans le plan de Dieu, qui nous a créé homme et femme pour croitre et se multiplier. Ce qui ne veut pas dire que nous sommes autorisés à juger qui que ce soit; référons nous au Saint Père.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *