En Quête de Sens

Podcasts

14 septembre 2018 : quel partage autour de notre patrimoine européen ?

patrimoine

Visuel générique © L'Atelier Cartographik (1)A l’occasion des 35e Journées européennes du patrimoine qui portent sur le thème de l’Art du partage, 17 000 monuments vont ouvrir leurs portes au public et proposer des animations pour tous les citoyens européens!  Mais quel partage autour de notre patrimoine européen ? La Ministre de la Culture a fixé une priorité  « faire avancer l’Europe du Patrimoine »! Qu’est ce que cela veut dire?  Comment favoriser l’accès et faire connaitre un patrimoine qui a bien des égards semble en danger? Partons aujourd’hui à la rencontre de passionnés de patrimoine et d’idées de visite pour ces 15 et 16 septembre :

  • Benoit de Sagazan : Journaliste, passionné d’Histoire, de culture et de patrimoine historique en général ; passionné d’histoire, de culture et de patrimoine religieux en particulier.
    Rédacteur en chef de la revue d’histoire, d’art et d’archéologie, Le Monde de la Bible (Bayard), depuis 2008. Créateur et animateur de Patrimoine-en-blog, depuis 2006. Prix du Journaliste 2006, remis par La Demeure Historique.
  • Père Georges Sheshko :  prêtre orthodoxe, responsable des activités culturelles, à Cathédrale de la Sainte Trinité  à Paris (nouvelle église orthodoxe) : https://cathedrale-sainte-trinite.fr/
  • Sylvie Picolet:  Directrice de la recherche historique et du pôle pédagogique et de médiation du musée de l’armée. www.musee-armee.fr/accueil.html 
  • Emmanuelle Sebban-Goldenberg :  chargée des partenariats culturels à la R.A.T.P  https://www.ratp.fr/journeesdupatrimoine 
  • Louis Robiche: régisseur de la Paroisse saint-Eustache

 

Commentaires

  1. Bonjour,
    Bien évidemment j’ai écouté avec intérêt votre émission consacrée, la semaine dernière, aux Journées du Patrimoine, mais elle m’a laissé un peu sur ma faim, car finalement l’émission est restée sur une approche trop étroite, voire parfois assez anecdotique.
    Le Patrimoine actuellement se trouve face à différents problèmes: il y a ce que S. Bern a bien mis en avant une question financière, le manque criant de moyens; mais il y a aussi pour certains édifices la question de la sur-fréquentation qui les fragilise; il y aussi la perte des savoir-faire et des matériaux; mais je pense que en plus, malgré un certain engouement d’un public assez large (B. de Sagazan l’a bien dit durant l’émission)il y a un manque de connaissances qui est très préjudiciable pour une grande partie du patrimoine, celui dit vernaculaire, c’est à dire le patrimoine de proximité.De nombreuse rénovations ne sont en fait que du vandalisme plus ou moins conscient…
    Ce patrimoine est confronté à une approche trop souvent limitée aux monuments historiques qui fait qu’il est peu connu ne serait-ce que parce que l’histoire locale est oubliée face au « roman national ». Mais il y a bien autre chose. je donne juste deux chiffres: en France environ 40 000 monuments historiques et 36 000 communes or chacun sait bien que dans une communes il y a des dizaines d’édifices intéressants et c’est pour cela que les touristes vont par exemples dans « les plus beaux villages de France ». Pourtant, si certains sont déjà mis en valeur (heureusement), ce sont des milliers qui sont abandonnés et qui peu à peu perdent leur caractère.
    Il y a là un enjeu important surtout lorsque l’on parle de partage, car ce patrimoine de proximité est par nature celui qui a un véritable enjeu social.
    Ce patrimoine ne peut pas seulement être « sauvé » par la législation des MH (loi de 1913) qui n’est pas adaptée, mais par le droit de l’urbanisme qui actuellement contribue à sa destruction mais qui pourrait être une bonne aide…
    Voilà ce qu’il faudrait dire dans une prochaines émission (par exemple lors du Salon du Patrimoine fin octobre !).
    En espérant ne pas avoir été trop long.
    Bien à vous et que Vive RND.

    Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *