26.09.22 Camille Meyer Catégorie(s) : Actualité

L’économie solidaire, une utopie ?

"Cette rencontre c'est aussi la continuité du pré-synode des jeunes. Le pape ne cesse d'appeler la jeunesse à se bouger."

Un millier de jeunes à Assise pour « l’économie de François ». Une rencontre inédite qui a eu lieu du 22 au 24 septembre à la demande du pape François et qui a réuni 120 pays pour repenser l’économie.

« J’avais peur que ce soit très théorique » raconte Mathilde, tout juste rentrée d’Assise, « en fait pas du tout, j’ai été bluffée par la richesse des rencontres et des échanges« . Les jeunes, répartis par thématique, ont échangé toute une journée et participé à des conférences données par des spécialistes venus du monde entier. Partie avec quatorze français, Mathilde, consacrée à la communauté du chemin neuf, a choisi la thématique « justice sociale et énergie ». « J’ai entendu des témoignages incroyables avec des jeunes qui parlaient de leurs vies au fond de l’Amazonie, une afghane qui évoque son combat pour le droit des femmes dans son pays. » 

L’économie englobe toutes les facettes, c’est que ce montrait le pape Français dans Laudato Si. L’encyclique a servi de point de départ pour préparer cette rencontre, « Fratelli Tutti aussi » poursuit Mathilde, « cette rencontre c’est aussi la continuité du pré-synode des jeunes. Le pape ne cesse d’appeler la jeunesse à se bouger. » Le Saint-Père, présent à Assise,  a appelé les participants à s’engager pour une économie plus solidaire, plus inclusif. « C’est vrai que parler d’économie, on a l’impression de parler de choses vielles » souligne François, « une nouvelle économie inspirée par François d’Assise peut et doit être une économie respectueuse de la Terre et une économie de paix. Il s’agit de transformer une économie qui tue en une économie de la vie ». 

Pour Mathilde, c’est un évènement qui s’installera « comme les JMJ« . En conclusion de ces trois jours, les participants ont signé un pacte visant à construire une économie de paix et non de guerre. Quant à Mathilde, elle est en lien avec la Conférence des Evêques de France, « pourquoi pas créer un groupe de travail » dit-elle, et garder le lien avec ceux rencontrer à Assise, ça m’a donné envie de continuer à partager sur cette thématique. » 

Une nouvelle étape de L’économie de François dans deux ans est prévue dans deux ans dans une autre ville afin qu’à l’avenir, plus de jeunes se joignent à cette réflexion commune.

Partagez sur les réseaux sociaux :