le direct Musique sacrée

Malades et anges-gardiens, un lien indispensable pour le pèlerinage national

Il n’y a pas de malades à Lourdes, cette année, à cause de la Covid-19, pas question pour autant de ne pas leur permettre de participer à distance au pèlerinage national. Les organisateurs ont redoublé d’initiatives.

« Cela a été une souffrance pour moi car je sais que c’est un temps que les malades attendent avec impatience » témoigne Soeur Bernadette Moriau. Elle a été un temps à la place de ces malades avant de guérir. La 70 ème miraculée de Lourdes a espéré jusqu’au bout que les conditions soient réunies pour les accueillir. « Quand les malades repartent du pèlerinage, habituellement, on peut voir la joie sur leurs visages d’avoir vécu cela, les larmes du départ et la joie de revenir ».

L’association Notre Dame du Salut et le Sanctuaire ont mis en place un système pour qu’ils puissent vivre ce qu’il se passe à Lourdes. Les malades ont reçu un kit dans lequel se trouve un sac de pèlerins, un CD, un chapelet, une fiole d’eau de Lourdes et ils ont pu envoyer leurs intentions de prières, qui ont été déposé dans la grotte, où le chapelet est récité chaque jour. Mais ils disposent aussi d’un lien direct avec des « anges-gardiens » présents dans le sanctuaire, ils peuvent prier et échanger avec eux. Un lien primordial pour les malades qui suivent, eux, un e-pèlerinage. Ils reçoivent des vidéos, des méditations, des témoignages.

« Leurs présences physiques manquent explique Sr Bernadette, mais ils savent que l’on prie pour eux. Moi ça me touche beaucoup de réciter le chapelet dans la grotte avec cette grande croix en face portant les noms de ceux qui ne sont pas là« . La franciscaine oblate du Sacré-Cœur de Jésus n’oublie pas les grâces que peut donner la Vierge, « les malades sont au cœur de ma prière pour ce pèlerinage. »