le direct Musique sacrée

Solidarité envers le peuple libanais : « Nous sommes fiers d’eux »

Dès le lendemain du drame survenu le 4 août dernier à Beyrouth au Liban, de nombreuses initiatives solidaires ont vu le jour en France, notamment à Issy-les-Moulineaux, en région parisienne.

Ville amie du Liban de longue date et où vit encore aujourd’hui une forte communauté libanaise, la municipalité d’Issy-les-Moulineaux a immédiatement souhaité elle aussi venir en aide aux sinistrés Libanais. 

20200907_110520
A gauche le maire-adjoint Arthur Khandjian et l’équipe de bénévoles à droite (Soeur Dalal et Joe Elias; Aidan Johnson; Nazo Najarian et Chahé Madénian de Homenetmen)

« Nous avons été tous bouleversés », confie Arthur Khandjian, le maire-adjoint. « Ça a été très dur pour moi le 4 août. Ma femme et mon fils était à Beyrouth ce jour-là ».

C’est ainsi qu’après quelques réunions d’urgence avec le maire André Santini et l’évêque maronite de Paris Mgr Nasser Gemayel, un centre de dons a vu le jour au Palais des Sports Robert Charpentier.  

Ce centre, tenu par deux structures basées à Issy-les Moulineaux : l’Éparchie Maronite de France, soit le diocèse libanais dont le siège est à Beyrouth et Homenetmen France, une association arménienne de scoutisme et d’éducation sportive, a récupéré les dons divers pendant près d’un mois.

solidarité liban.jpg2
Soeur Dalal Rizkallah et Joe Elias responsable logistique de l’Eparchie Maronite

Sur place, de nombreux bénévoles se sont relayés pour recueillir les dons alimentaires de première nécessité et les dons financiers. Et la population s’est largement mobilisée : plus de 15 tonnes ont été rassemblées à ce jour !

Une mobilisation saluée par le maire-adjoint, lui-même libanais d’origine arménienne, arrivé en France alors qu’il n’était qu’un enfant.

Arrivée du Liban il y a un an pour travailler au sein de l’église maronite, Soeur Dalal avoue, émue : « il n’y a pas de mots pour dire combien nous sommes heureux de toute cette aide ».

Aidan, jeune étudiant à l’INALCO, fait aussi parti des nombreux bénévoles qui s’activent au centre de dons, il témoigne :

« J’ai toujours eu un profond dévouement pour la cause libanaise »

Tous les jours, depuis le 17 août dernier, produits de première nécessité comme l’huile, le sucre, la farine, le lait infantile, des conserves, ou encore des produits d’hygiène pour bébé, ont afflué.

Pauline Mahfouz
Pauline Mahfouz, présidente de l’association « Famille du Cèdre »

Parmi les nombreux donateurs, Pauline Mahfouz, présidente de l’association « Famille du Cèdre ».

Elle a parcouru près de 40 kilomètres pour la troisième fois. Fournitures scolaire, produits alimentaires ou d’hygiènes, les dons qu’elle apporte ont été collecté dans un supermarché du Val d’Europe en Seine-et-Marne.

« Cette solidarité nous touche énormément »

Arrivée en France en 1989, Pauline Mahfouz, dont l’un des membres de sa famille a été tué pendant l’explosion, dit n’avoir jamais connu une situation aussi dramatique économiquement et humainement.

Pourtant, les libanais ne se laisseront pas abattre, Arthur Khandjian en est convaincu.

« Ce peuple est capable de résister à tout »

« Les Libanais ne perdent pas espoir, c’est une belle preuve d’exemplarité qu’ils nous donnent », conclue Arthur Khandjian.  Car, s’est ainsi que le maire-adjoint poursuit « Le Liban sait se débrouiller tout seul » mais « cela fait 45 ans que ce pays paie les rancunes des autres. Il doit être uniquement à la recherche de ses propres intérêts. »

«Le Liban a besoin d’autre chose »

Et de conclure, en arabe et en arménien : « Je suis fière de vous les libanais ! »

Une première cargaison devrait être acheminée au Liban fin septembre par la compagnie CMA-CGM dont le patron est le libanais Rodolphe Saadé.

Début octobre, le prochain conseil municipal devrait voter une subvention humanitaire de 70000 euros, soit 1 euros par habitant.