le direct Musique sacrée

Trump et les catholiques : le point de non retour ?

Les relations entre les catholiques américains et le président Donald Trump ne sont pas au beau fixe depuis le début de l’affaire Floyd. La visite du président devant l’église St John à Washington lundi dernier n’a d’ailleurs pas arrangé les choses. Explications avec Blandine Chelini-Pont, professeur des universités en histoire contemporaine.

Quelles étaient les intentions de Trump en se rendant au Sanctuaire national Saint Jean Paul II et à l’église saint John ?

Ses intentions étaient très claires :  on appelle cela de l’instrumentalisation et de la communication politique cynique. Il s’adresse directement à ceux qu’il pense être « son » électorat,  dans une série d’ouvertures visant à mobiliser les électeurs conservateurs religieux, en particulier les chrétiens évangéliques blancs qui ont été parmi ses plus fidèles partisans (et ont voté à 80% pour lui) et dans une moindre mesure les catholiques blancs.  Derrière il garde le soutien officiel de la droite religieuse politique, qui a un agenda politique et légal que Trump cherche à exécuter depuis 4 ans : affirmer que les Etats-Unis sont une nation chrétienne, rechristianiser l’espace et l’esprit public américains, changer les juges fédéraux, et à terme rendre l’avortement et le mariage homosexuel illégaux. D’ailleurs, le jour où Trump a fait sa visite à Saint John et montre la Bible, puis signe un décret sur la liberté religieuse internationale, il a passé une grande partie de la matinée à exhorter par tweet les républicains à voter lors des primaires de mardi, en promettant qu’il les mènerait à de grandes victoires le 3 novembre…

Les réactions stupéfaites du côté des chefs religieux catholiques ne se sont pas faites attendre. La révérende Mariann Budde, évêque épiscopalienne de Washington, s’est dite « scandalisée ».  La révérende Gini Gerbasi, d’une église de Georgetown à Washington, a déclaré qu’elle était « profondément secouée » après avoir été évacuée de force de Lafayette Square lundi soir. Elle a exhorté Trump à « vivre selon les paroles de la Bible « au lieu de les porter comme un accessoire ». etc  . L’archevêque  Wilton Gregory de Washington  a lui aussi déclaré qu’il trouvait « déconcertant et répréhensible que des installations catholiques soient abusées et manipulées de manière aussi flagrante » et très choqué » de l’emploi de la violence » la veille sur Lafayette Square pour dégager le passage du président à pied.

« Les relations entre les catholiques et Trump sont assez tendues depuis le début »

Quelles sont les relations historiques entre les représentants du culte catholique et Donald Trump ?

Elles sont finalement assez tendues depuis le début, à cause des propos de Trump pendant la campagne de 2016 sur les immigrés, les mexicains violeurs, etc… Aux lendemains de l’élection de Trump, c’est un latino qui a été élu à la tête de la Conférence épiscopale, ce qui était un signe remarquable … et par la suite et à nouveau la politique fédérale à l’égard des immigrés, des migrants en général, des réfugiés, la construction du mur, la séparation des familles ont été considérés comme contraires à la dignité des personnes, la question sociale en général, la question éducative- l’accès à l’éducation et à la santé, etc… Même si l’épiscopat américain ne cache pas sa préoccupation à l’encontre du droit à l’avortement et si certains évêques ont beaucoup flirté ces dernières années avec la droite religieuse, sa posture collégiale a été fréquemment critique vis à vis de la politique du gouvernement.

Quels sont les sujets sur lesquels ils sont en rupture ?

Les catholiques sont beaucoup plus sensibles que les Evangéliques à la personnalité dérangeante de Trump, vraiment et la crise du coronavirus a profondément touché les catholiques par toutes les inégalités qu’elle a révélées, de même que cette idée d’utiliser l’armée pour « dominer le champ de bataille ».

Quel poids pourront-ils avoir dans la tenue du scrutin ?

Leur poids sera important d’autant que leur position sera relayée par les médias. Ils conseilleront aux catholiques de voter en conscience pour le candidat qui aura à cœur l’unité du pays, le souci des familles, la concorde internationale et la responsabilité de ce pays dans la paix mondiale. Et c’est peut-être l’occasion de réconcilier les catholiques entre eux, car ils se sont très profondément divisés dans la polarisation politique autour de l’avortement et du mariage homosexuel.

N’est-ce pas paradoxal cette opposition puisqu’on sait que Trump et une partie de la frange catholique américaine se rejoignent sur de nombreux axes sociétaux conservateurs ?

Les catholiques américains sont beaucoup plus divers que les évangéliques. Ils sont composés de tous les horizons ethniques et géographiques. Ils ont une forte tradition sociale et redistributive. Ils considèrent que les services publics font partie du bien commun, se disent concernés par l’universalité de leur religion, sont également sensibles à la protection de l’environnement, etc…Si Bidden a l’intelligence de rappeler la dimension sociale de la tradition démocrate, la générosité du peuple américain,  ainsi que son respect du pluralisme et de l’accueil, cela portera ses fruits.

« Le vote catholique est le plus « partagé » des votes religieux »

Comment explique-t-on d’ailleurs que seuls 50% des catholiques ont voté Donald Trump en 2016 ?

On a une fourchette qui va de 51% à 47% selon les sondages qui ont suivi l’élection de 2016. La différence viendrait de ce qu’ils ont aussi voté pour le candidat indépendant plutôt que pour Clinton. Ce sont les catholiques blancs qui ont voté pour Trump, pas les autres. D’ailleurs, ceux qui votent pour les Républicains depuis Reagan sont les catholiques blancs d’origine européenne et de classe moyenne supérieure. Mais quand Obama s’est présenté, tous les autres catholiques ont voté démocrate. Le vote catholique est le plus « partagé » des votes religieux car les catholiques ont le plus large spectre social et racial.

L’image de Trump et sa Bible ne va-t-elle pas avoir l’effet d’un point de non retour entre Trump et les électeurs catholiques ?

Lors de la campagne de 2016, tous les sondages prévoyaient que les catholiques voteraient pour Mme Clinton à des hauteurs historiques. Donc je dirai que cela semble vraisemblable pour cette fois-ci ! Les sondages montrent que Trump est en difficulté dans les principaux États charnière notamment le Michigan, le Wisconsin, avec quelques signes d’affaiblissement de l’enthousiasme de certains de ses plus fidèles partisans, y compris des chrétiens évangéliques blancs. Jo Bidden est devant lui y compris dans les Etats où Trump avait gagné. Les sondages du Religion Research Institute, montrent une baisse continue du soutien de M. Trump parmi les évangéliques blancs et les catholiques de mars à avril.

Comment les catholiques vivent de manière générale les tensions aux Etats-Unis depuis la mort de George Floyd ?

Ils sont majoritairement convaincus que la société américaine doit se soigner de son racisme et retrouver sa solidarité. Ils  multiplient les initiatives locales comme c’est le cas au sein de la communauté des travailleurs catholiques de Minneapolis. De plus, le cardinal américain Kevin Farrell, en poste à la Curie, qui a fait une homélie lors de la veillée de prière organisée par Sant’Edigio à Rome en la mémoire de Floyd, a déclaré qu’il était « depuis longtemps venu à croire qu’un langage raciste et conflictuel pouvait tuer ». Il a ajouté qu’il souhaitait « rappeler aux Américains les principes chrétiens sur lesquels leur nation était fondée : des protections égales en vertu de la loi, le droit à la vie, à la liberté et la possibilité égale de prospérité et de bien-être pour tous ».

Commentaires

  1. Encore de l’antitrumpisme primaire.
    RND a vraiment perdu son âme et son discernement.
    L’évêque que vous citez… est pro avortement, pro LGBT, etc. Il n’a plus grand chose de catholique.
    Trump a rétabli l’ordre dans son pays. Au mois de mai, contre les prédictions des oiseaux de mauvais augure, 2,5 millions d’emplois ont été créés.

  2. Je suis catholique pratiquante et jamais je ne voterais pour un individu qui n’aime que lui-même et dont tous les comportements et paroles sont contraires à décence la plus élémentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *