le direct Musique sacrée

« En Quête de Sens » – Déconfinement : le temps des retrouvailles, est-il si évident ?

Déconfinement : est-ce si simple de retrouver ses proches ? Visages masqués, gestes barrières, distance d’un mètre… Autant de nouveaux codes dissuasifs à intégrer. Pour en parler, Marie-Ange de Montesquieu reçoit Marie Françoise Terren et David Le Breton.

Pour Marie Françoise Terren, « on passe d’une dimension à une autre ». Deux mois de confinement durant lesquels nos proches étaient à distance, visibles uniquement via les écrans « on ne percevait pas la personne pas les sens », explique-t-elle, « cela crée quelque chose de virtuel, c’est une relation incomplète ». Se retrouver ? « Il y a toujours un décalage et un temps d’adaptation », reconnaît-elle, « il faut le savoir et s’y préparer… La petite gêne qui se passe au départ est vite dépassée ». David Le Breton, lui, estime qu’on est entrés « dans une zone de turbulence » : « les rites d’interaction sont désapprouvés et l’hygiène prend la place de la culture », explique-t-il, « mais cela est provisoire, pour quelques mois au pire », selon lui. La ritualité ancienne la plus compromise à terme sera sans doute la bise.

« On ne sait plus sur quel pied danser »

Marie Françoise Terren voit du positif à l’issue de la période de confinement : « on a pris consience de la limite du digital, la présence nous a manqué,  le besoin de l’autre ». David Le Breton le rappelle : « le lien social sans confiance est totalement brisé… il faut sans cesse s’en remettre aux autres dans une sorte de réciprocité ». Nous sommes dans la « liminalité », explique le sociologue, « c’est un moment où on ne sait plus sur quel pied danser…  Nos anciens codes disparaissent mais les nouveaux codes ne sont pas encore installés,… on est déconcertés à chaque rencontre avec l’autre », ajoute-t-il, « le contact n’est pas seulement le toucher, cela renvoie aussi à la relation… Aujourd’hui, nous sommes épidermiquement touchés pas les gestes barières ».

Les invités de Marie-Ange de Montesquieu :

Marie Françoise Terren, conseillère conjugale, thérapeute familiale et hypnothérapeute au service de la personne, du couple et de la famille

David Le Breton, anthropologue et sociologue auteur de « Marcher la vie – Un art tranquille du bonheur » à paraître fin mai aux éditions Métailié

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *