le direct Musique sacrée

Relance de l’économie : « il faut des mesures ciblées »

« Vivement demain » – Quelles solutions pour surmonter la récession qui s’annonce  Eclairage avec Bernard Spitz, président du laboratoire d’idées Les Gracques, au micro de Louis Daufresne.

Auteur de « Merci l’Europe ! » (Grasset), Bernard Spitz, préside le laboratoires d’idées Les Gracques, qui vient de publier une note pour réussir la reprise après la pandémie Covid-19. « Chaque jour de confinement a coûté 2 milliards d’euros à l’Etat », rappelle-t-il, « 12 millions de personnes ont été mises en chômage partiel… C’est un shut down qui a plombé l’économie ». Il évoque notamment tous ces jeunes qui arrivent sur le marché du travail, « au pire moment » pour eux, et parle de « nouveaux précaires ». De nombreuses professions ont également pris de plein fouet la mise à l’arrêt forcée suite à la pandémie : c’est le cas des artisans, des rofessions libérales comme les avocats ou les dentistes,…. « Ils n’ont pas bénéficié du chômage partiel et sont les plus touchés », souligne Bernard Spitz.

« La confiance et la psychologie générales vont jouer un rôle central »

Selon lui et le gruope des Gracques, « il faut faire repartir l’économie le plus vite possible, il y a urgence ». Suite à la crise, comme suite à toute crise, « il va y avoir une dynamique automatique », explique-t-il, « le tout est qu’elle se prolonge et qu’elle soit pour l’ensemble de l’économie française ». Il faut donc regarder ce qui a été fait ailleurs et qui a fonctionné, mais aussi viser les secteurs où ce sera efficace. « Il faut des mesures ciblées et pas de relance générale », souligne Bernard Spitz, « il faut également une communication positive, rassurante et précise ». Et de rappeler les trois pincipaux leviers que sont l’investissement, la croissance et la consommation. « Durant le confinement, ceux qui en avaient les moyens ont été forcé d’épargner… Il faut désormais les inciter à dépenser ». Et Brenard Spitz de prendre l’exemple des commerçants qui, pour écouler leur stock, peuvent permettre à chacun de faire des bonnes affaires. Autre proposition faite par le groupe des Gracques : « des chèques déconfinement ». « Il s’agirait ainsi de créer un système souple facilitant les dépenses ». Côté automobile, « un secteur considérable en France », il faudrait, dit-il, « simplfier les systèmes de subvention pour l’achat de voitures hybrides ou électriques ». Enfin, concernant la construction et l’immobilier, il faudrait mettre en place « des prêts à taux négatifs pour les primo-accédants ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *