le direct Musique sacrée

Une baisse de la fréquentation des messes dominicales depuis le déconfinement

D’après l’un des porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF), les catholiques pratiquants se rendent moins nombreux à la messe depuis la fin du confinement.

People attend the Pentecost Mass in the Eglise Notre Dame des Pins in Cannes, France during COVID-19 Coronavirus on May 31, 2020. Photo by Lionel Urman/SPUS/ABACAPRESS.COM Ceremonie religieuse Messe religious Ceremonial Eglise Chapelle Basilique Cathedrale Church Epidemic Pandemie Virus Epidemie Virus Pandemic Epidemy Epidemics Maladie Illness / Disability Surgical masks Protective Masks Face mask Face masks Surgical mask Protective Mask Masque chirurgical Lunettes de protection Masque de protection Religion Religion Coronavirus Corona virus Coronavirus Corona virus Covid 19 Coronavirus Covid-19 Coronavirus 2019-nCoV Covid-19 Covid-19 Coronavirus Covid-19 Coronavirus 2019-nCoV Covid 19 Containment Quarantine Lockdown Quarantaine Confinement | 732279_013 Cannes France
People attend the Pentecost Mass in the Eglise Notre Dame des Pins in Cannes, France during COVID-19 Coronavirus on May 31, 2020. Photo by Lionel Urman/SPUS/ABACAPRESS.COM

« Tous les catholiques pratiquants ne reviennent pas. Des évêques nous disent qu’on est aux alentours de 60 % de gens qui reviennent pour les messes dominicales », a affirmé Vincent Neymon devant des journalistes.

Des constats qui méritent d’être affinés, précise-t-il à l’AFP, soulignant ne pas disposer de statistiques précises. Cette baisse de fréquentation est « moins flagrante en ville, où les catholiques sont plus jeunes », selon lui.

Des habitudes prises pendant le confinement

Parmi les raisons avancées : « Les inquiétudes » des fidèles par rapport à la circulation encore active du virus. « Et peut-être les habitudes (prises) pendant le confinement », avec des offices retransmis en direct sur les réseaux sociaux, a-t-il dit.

M. Neymon a également rappelé « l’inquiétude financière » de l’Eglise catholique en cette rentrée, avec un « manque à gagner » en ressources de « 50 à 60 millions d’euros » en raison de la suspension des célébrations pendant le confinement et la moindre fréquentation actuelle.

Pendant les quelque 10 dimanches du confinement et du début du déconfinement, les églises catholiques sont restées ouvertes, mais sans célébration avec public. Les quêtes, offrandes de messes et casuels (dons à l’occasion de baptêmes, mariages, funérailles) ont donc été suspendus.

Avec AFP