le direct Musique sacrée

PMA : la Manif Pour Tous sonne la charge

Alors le gouvernement travaille sur le projet de loi ouvrant la PMA aux lesbiennes et célibataires, la Manif Pour Tous passe déjà à l’offensive. Retrouvez l’intégralité de la conférence de presse à laquelle Radio Notre-Dame a assisté.

Paris, 27 juin 2019. Ludovine de La Rochère préside la Manif pour tous aux côtés du coordinateur général Albéric Dumont. © V. RAZIMOWSKY
Paris, 27 juin 2019. Ludovine de La Rochère préside la Manif pour tous aux côtés du vice-président  Albéric Dumont. © V. RAZIMOWSKY

La Manif pour Tous interpelle le président Emmanuel Macron au sujet de la Procréation Médicalement Assistée (PMA), alors que le projet de loi sur la bioéthique qui prévoit son extension aux lesbiennes et célibataires sera présenté en Conseil des ministres fin juillet.

Dans une lettre ouverte de 70 pages adressée mercredi à l’Elysée, l’association réclame la prise en compte « des conséquences de la PMA », comme « les enfants orphelins de père », « le marché des gamètes » ou le « détournement de la médecine ». La présidente Ludovine de La Rochère a déclaré lors d’une conférence de presse donnée à Paris aujourd’hui que l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples lesbiens produirait une « PMA sans père » et créerait « des orphelins de père ». « Un tel projet de loi serait une injustice terrible pour les enfants », a-t-elle estimé.

La Manif pour Tous propose au président de la République « d’inscrire dans la Constitution française la non-disponibilité du corps humain », un plan de lutte contre l’infertilité ou encore de prendre « des actes réels et efficaces contre le recours à des mères porteuses » à l’étranger par des Français. « La Gestation Pour Autrui (GPA) est la sœur jumelle de la PMA sans père », affirme le chef de l’association qui a milité contre le mariage homosexuel en 2013. Ludovine de La Rochère justifie cette assertion en expliquant que « la marchandisation humaine commence avec l’extension de la PMA ». « La médecine est détournée de sa finalité dès lors qu’elle devient une prestation de service pour réaliser ses désirs individuels » a-t-elle déploré. Selon la présidente, « beaucoup de monde dans la rue » sont à venir.