le direct Musique sacrée

G7 de Biarritz : une réussite politique, mais  qui ignore la Chine, la Russie, le Brexit, l’Italie et le tiers monde

Le sommet du G7 a réuni ses membres permanents à Biarritz : les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie et le Japon. Le FMI, l’ONU et l’OCDE sont également représentés. Cette fois encore, la Russie n’est pas présente, en raison de son exclusion depuis la crise de Crimée en 2014. Cependant, Donald Trump et Emmanuel Macron ont convenu que la Russie devrait être invitée au prochain sommet du G7. La Chine reste oubliée.                           

Emmanuel Macron a rencontré à deux reprises l’Iranien Mohammad Javad Zarif pour tenter de sauvegarder l’accord sur le nucléaire iranien. Il a affirmé lors de la conférence de presse « voir comment on peut bâtir un nouvel accord avec l’Iran. Un accord plus ambitieux en termes de sûreté, mais qui donne des compensations économiques à l’Iran« .

Il aurait notamment été admis une rencontre « dans les prochaines semaines » entre Donald Trump et Hassan Rohani.

1- Le feu en Amazonie.

L’Amazonie a pris une place importante dans les échanges entre les dirigeants du G7 qui ont décidé de débloquer d’urgence 20 millions de dollars pour l’utilisation de Canadairs et lutter contre les incendies en Amazonie en général.

Certains dénoncent les soutiens financiers qui sont importants mais qui n’empêcheront pas la catastrophe de se reproduire, sans oublier le fait que la France contribue directement à la déforestation et aux incendies en Amazonie par les importations de soja, destiné notamment à l’alimentation du bétail.

2- Le climat.

Selon des associations environnementales telles que Greenpeace, le climat aurait dû être un sujet plus important lors de la réunion.

3- La taxe GAFA.

La France souhaite mettre en place une taxe spécifique sur les entreprises Google, Amazon, Facebook et Apple, une taxe longtemps refusée par les États-Unis. Les pays du G7 ont convenu de « trouver un accord en 2020 dans le cadre de l’OCDE » concernant une taxe internationale sur les Gafa. Macron précise que le jour où celle-ci seras mise en place, la France « supprimera » sa propre taxe. Les conditions de cet accord n’ont pour autant pas encore été dévoilées.

4- Le Brexit : la livre chute.

Boris Johnson prépare des élections anticipées après une défaite au Parlement. Le premier ministre britannique se prépare à convoquer des élections législatives anticipées après un désaveu cinglant infligé par les députés qui ont adopté une motion en faveur d’un report du Brexit, afin d’éviter une sortie de l’Union européenne sans accord.  C’est un retournement de situation. À l’issue de débats tendus à la Chambre des communes, les députés hostiles à un Brexit sans accord ont remporté un vote crucial, à 328 voix contre 30, leur permettant de prendre le contrôle de l’agenda parlementaire, normalement détenu par le gouvernement. Ils pourront présente un texte de loi contraignant le premier ministre conservateur à demander un report du Brexit au 31 janvier 2020 au cas où aucun accord de retrait ne serait trouvé avec Bruxelles.

Les élus de l’opposition ont été rejoints par 21 Tories (députés conservateurs) opposés à un « no deal » – dont Nicholas Soames, le petit-fils de Winston Churchill, ou l’ex-ministre des Finances Philip Hammond – qui ont soutenu la motion. Les rebelles seront expulsés du parti comme l’avait promis Boris Johnson.

5- Les défis et les inconnues du nouveau gouvernement italien.

Le nouveau chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a reçu le vote de confiance du Parlement. Son programme populiste tourne le dos à l’austérité mais, promet-il, pas à l’Europe. Élu sur un programme contre l’Europe et la BCE, le Mouvement 5 étoiles a édulcoré quelques points pour complaire à Bruxelles. Sauf en matière budgétaire, où il risque de faire exploser les déficits et mettre la monnaie unique en danger.

La réflexion géopolitique ne peut être optimiste sur ces cinq crises. Comment y faire face ? Ce sont les défis à relever dans les mois à venir, mais avec quelle Europe ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *