le direct Musique sacrée

Pyrénées-Atlantique : La cathédrale d’Oloron-Sainte-Marie visée par une attaque à la voiture-bélier

L’édifice classé a été la cible d’une attaque de voleurs qui visaient son trésor, dans la nuit de dimanche à lundi. 

 

Les faits se sont déroulés dans la nuit du dimanche 3 à lundi 4 novembre comme le rapportent nos confrères de France Info. La cathédrale d’Oloron-Sainte-Marie, petite bourgade de Pyrénées-Atlantique, a été prise pour cible par des malfaiteurs dans le cadre d’une attaque à la voiture-bélier. Ces derniers auraient équipé leur véhicule d’un tronc d’arbre à l’avant pour pénétrer à l’intérieur de l’édifice et y commettre un cambriolage. Réveillés par le bruit et l’alarme de la cathédrale aux alentours de 2 heures du matin, les habitants ont aussitôt alerté les gendarmes qui sont intervenus sur place.

La cible n’a pas été choisie au hasard : la cathédrale qui s’inscrit dans le giron du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron est classée monument historique depuis 1939 et au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1998. Elle fait en effet partie des joyaux architecturaux qui ponctuent le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, à quelques kilomètres de la frontière espagnole. Outre sa situation géographique de premier plan, elle dispose d’un trésor de valeur, constitué d’objets d’orfèvrerie, d’ébénisterie et de vêtements liturgiques datant des XVIIe et XVIIIe siècles. Ces pièces sont pour la plupart abritées dans les chapelles latérales nord de la cathédrale. Difficile pour l’heure de connaître l’étendue du butin. D’après l’abbé Bisch, vicaire général, les voleurs auraient notamment pris possession d’objets d’orfèvrerie, de calices, de vases sacrés et d’ostensoirs.

 

« Un vol sacrilège »

 

L’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron Marc Aillet, s’est empressé de condamner cette attaque et confie partager « l’émotion des catholiques de France légitimement choqués par ce vol et ces dégradations ». « C’est un patrimoine insigne qui a été volé, tant aux habitants de la commune qu’aux fidèles de l’Eglise catholique. S’il ne s’agit pas en toute rigueur de termes d’une profanation, on peut toutefois parler d’un vol sacrilège puisque ce sont des objets de culte, dont certains sont encore utilisés aujourd’hui en certaines grandes circonstances, qui ont été dérobés » a-t-il ajouté avant de conclure : « Je constate que ces graves incivilités et ce manque total de respect pour un patrimoine sacré se multiplient en France, ce qui ne laisse pas d’inquiéter pour le sens profond des valeurs de civilisation qui caractérise notre société ». Pour le moment, l’enquête n’a pas défini l’identité des malfrats qui courent toujours dans la nature.

 

Oloron-Sainte-Marie_-_Cathédrale_Sainte-Marie_-_Nef_centrale_-2

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *