le direct Musique sacrée

Grégory Turpin : « Ces jeunes se souviendront toute leur vie de ce qu’ils ont vécu à Lourdes »

Grégory Turpin était de passage à Lourdes pour donner un concert et chanter lors des offices. Un temps de grâce pour lui et pour les jeunes.

Grégory, on a pu vous entendre chanter à la messe, en concert et lors du chapelet dans la grotte, ce n’est pas la première fois, vous avez une histoire particulière avec Lourdes ? 

Quand j’étais petit, je n’habitais pas très loin de Lourdes. C’est vraiment un lieu de grâces pour moi, un lieu privilégié. Le sanctuaire, c’est un lieu où j’aime vraiment être. Je me sens en paix et puis il y a tous ces gens qui viennent demander des miracles mais aussi un moment de paix. Je vois tous ces jeunes s’occuper des personnes âgées, de personnes handicapées, ça me réjouit. C’est peut-être le seul endroit où l’on peut rencontrer, comme cela, des personnes en situation de fragilités. Lourdes ça change le cœur.

Vous avez déjà eu l’occasion de servir ici plus jeune ?

Je n’ai jamais été brancardier, j’aurais aimé l’être,  je sais le bien que ça fait et comment ça transforme. Lourdes, ce n’est pas que des transformations, des guérisons physiques, c’est aussi une conversion du cœur.

Vous étiez en concert lundi soir, ce concert avait une saveur particulière ?

On est là pour faire la fête, pour danser pour chanter mais si la musique s’arrête là, on a raté son but. Il faut plonger, trouver une intériorité, aller à l’intérieur de soi pour découvrir quelque chose. C’est vraiment ça l’enjeu de ces concerts. Si on arrive vraiment à faire plonger le jeune dans le silence, qui est le lieu de la vraie rencontre avec Dieu, là on a gagné.

Pari réussi ?

J’espère, j’ai eu des retours très positifs. Ils n’étaient pas obligés d’être là contrairement à beaucoup de concerts où l’on a pris sa place. Là ils pouvaient s’en aller quand ils le souhaitaient, ils ont fait le choix de rester. Ces jeunes avaient envie de vivre quelque chose, ce qu’ils sont en train de vivre ici. Quand on propose quelque chose de spirituel et d’exigeant, si c’est de qualité, ça transforme leur vie, ils sont prêts à y aller.

Dans le cadre de ce pèlerinage national, quel message vous avez envie de donner à ces jeunes ?

Le bonheur est exigeant et passe par l’engagement. En venant ici, ces jeunes ont fait un choix, ils vont rentrer fatiguer mais ils se souviendront toutes leur vie de ce qu’ils ont vécu à Lourdes. Pour ceux qui n’en ont pas encore eu l’occasion, venez voir ce qu’il se passe à Lourdes, c’est vraiment un lieu de grâces.