le direct Musique sacrée

Lord Baden-Powell : « de votre mieux »

Il y a 161 ans , lord Baden-Powell naissait. Militaire de carrière, héros britannique, il a fondé le scoutisme en 1907 avec le tout premier camp sur l’île de Brownsea. 

45 millions de scouts et guides, tous mouvements confondus, dans le monde. Un chiffre impressionnant quand on sait que le scoutisme existe depuis 109 ans. Lord Baden-Powell a marqué le 20ème siècle par le développement de cette pédagogie qui continue de se transmettre. 

Sa jeunesse

Fils du révérend Baden-Powell et d’Henriette Grace Powell, BP, comme il est surnommé, est le 12 ème enfant d’une fratrie de 14. Orphelin jeune, une bourse d’études lui permettra d’aller à l’école. Mais voila, l’école n’est pas ce qui passionne le futur Lord. Il préfère la nature et la chasse des lapins plutôt que les cours de Charterhouse, collège réputé pour sa discipline. Ses multiples observations lui serviront d’ailleurs bien des années plus tard. Aventurier de la première heure, il rate les examens pour entrer à l’université et s’oriente alors vers une carrière militaire. Il y excelle d’ailleurs puisqu’il obtient la deuxième place du concours d’entrée. On est en 1876, Baden-Powell a 19 ans.

Un an plus tard, il ressort avec le grade de capitaine et est envoyé dans les colonies Indiennes puis Africaines. Officier au 13 ème hussards, Robert Baden-Powell est sous les ordres du colonel Sir Baker Russel. C’est lors de son passage dans son régiment qu’il comprendra toute l’importance des éclaireurs et de l’art de conduire les hommes. Il fera des missions de reconnaissance en Afghanistan et servira même d’agent secret à la Couronne Britannique en Afrique du Sud et en Russie.

Les débuts du scoutisme 

Mais en Angleterre, il est surtout célèbre pour avoir défendu la ville de Mafeking lors de la seconde guerre des Boers. C’est d’ailleurs lors de ce siège que les prémisses du scoutisme prirent forme. Afin de pouvoir continuer à communiquer avec l’avant poste, Baden-Powell réquisitionne tous les hommes valides de la ville dont des enfants âgés de 9 et 15 ans. Appelés « cadet de Mafeking« , il les forme pour le transport du courrier à travers des jeux pour améliorer les qualités physiques et leur enseigne un semblant de formation militaire. Il crée une unité de petits éclaireurs (scout en anglais). Pour affranchir le courrier, il refuse d’utiliser le portrait de la Reine Victoria et demande au photographe de la ville de prendre  le sergent-chef Warner Goodyear, 13 ans et chef des scouts en portrait pour les timbres. Le timbre scout de « siège » est né. 

Nommé major-général en rentrant en Angleterre, Lord Robert écrit  » Aids to scouting », petit fascicule destiné aux militaires et regroupant ses observations. Il fait un tabac auprès des jeunes anglais qui viennent lui demander conseil. En 1907, il fait ses adieux à l’armée et  organise le premier camp scout avec des jeunes de quartiers désœuvrés, « à la fin de ma carrière militaire, dit BP, je me mis à l’œuvre pour transformer ce qui était un art d’apprendre aux hommes à faire la guerre, en un art d’apprendre aux jeunes à faire la paix; le scoutisme n’a rien de commun avec les principes militaires ». 

Le premier camp

En 1907, il se lance. Avec une vingtaine de garçon de classes sociales différentes, il part pour l’Île de Brownsea pour 15 jours de camp, avec cette idée que « tout passe par le jeu » que ce soit pour l’éducation ou même la confiance. Lançant le camp à la corne de koudou (aujourd’hui on appelle ça une « totoche »), l’expérience va être un succès et sera même un ouvrage « scouting for boys« 

BP_KUDU1 (1)

Il l’organise autour de 5 piliers: la santé, le sens du concret, la personnalité, le service et le sens de Dieu et créa aussi la loi scoute et la promesse scoute. Une loi qui contient dix articles: 

  1. On peut compter sur l’honneur d’un éclaireur.
  2. Un éclaireur est loyal envers le roi et ses officiers, envers ses parents, envers ses employeurs et envers ses employés.
  3. C’est le devoir d’un éclaireur d’être utile aux autres et de leur venir en aide.
  4. Un éclaireur est l’ami de tous et le frère de tous les éclaireurs à quelque classe sociale qu’ils appartiennent.
  5. Un éclaireur est courtois.
  6. Un éclaireur est un ami des animaux.
  7. Un éclaireur obéit aux ordres de ses parents, de son chef de patrouille ou de son instructeur, sans poser de questions.
  8. Un éclaireur sourit et siffle quand il rencontre une difficulté.
  9. Un éclaireur est économe.
  10. Un éclaireur est pur dans ses pensées, dans ses paroles et dans ses actes.

C’est sa sœur, Agnès Baden-Powell qui fonde les guides, la partie féminine du scoutisme. Elle dirige le mouvement  avant de céder sa place à Lady Olav, femme de Lord Baden-Powell. Le mouvement prend une ampleur mondiale et le Jamboree de 1920 rassemblera des scouts de 21  pays différents. 

Il partira avec sa femme, parcourir le monde entier afin d’y développer le scoutisme et participe à de nombreuses cérémonies, notamment en France avec le Père Jacques Sevin. Il finit sa vie au Kenya, et peu de temps avant de mourir, il délivre ce fabuleux message aux scouts du monde entier: 

« Chers éclaireurs,

Si par hasard, vous avez assisté à la représentation de Peter Pan, vous vous souviendrez que le chef des pirates était toujours en train de préparer son dernier discours, car il craignait fort que l’heure de sa mort venue, il n’eût plus le temps de le prononcer. C’est à peu près la situation dans laquelle je me trouve, et bien que je ne sois pas sur le point de mourir, je sais que cela m’arrivera un de ces prochains jours et je désire vous envoyer un mot d’adieu.

Rappelez-vous que c’est le dernier message que vous recevrez de moi ; aussi méditez-le. J’ai eu une vie très heureuse et je voudrais qu’on puisse en dire autant de chacun de vous.

Je crois que Dieu nous a placés dans ce monde pour y être heureux et pour y jouir de la vie. Ce n’est ni la richesse, ni le succès, ni la satisfaction égoïste de nos appétits qui créent le bonheur. Vous y arriverez tout d’abord en faisant de vous, dès l’enfance, des êtres sains et forts qui pourront plus tard se rendre utiles et jouir ainsi de la vie lorsqu’ils seront des hommes.

L’étude de la nature vous apprendra que Dieu a créé des choses belles et merveilleuses afin que vous en jouissiez. Contentez-vous de ce que vous avez et faites-en le meilleur usage possible. Regardez le beau côté des choses plutôt que le côté sombre.

Mais le véritable chemin du bonheur est de donner celui-ci aux autres. Essayez de quitter la terre en la laissant un peu meilleure que vous ne l’avez trouvée et quand l’heure de la mort approchera, vous pourrez mourir heureux en pensant que vous n’avez pas perdu votre temps et que vous avez fait « de votre mieux ». Soyez toujours prêts à vivre heureux et à mourir heureux. Soyez toujours fidèles à votre Promesse scoute même quand vous aurez cessé d’être un enfant – et que Dieu vous aide à y parvenir!

Votre ami »

Lord Baden-Powell s’éteint le 8 janvier 1941, laissant un mouvement qui a promis de toujours faire de son mieux. Aujourd’hui, les Scouts et Guides de France (SGDF), les Scouts Unitaires de France (SUF) et les Scouts d’Europe forment les trois plus gros mouvements en France.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *