le direct Musique sacrée

Alexandre Poussin : « les Malgaches nous portent »

Grand Témoin – Alexandre Poussin est en expédition à Madagascar avec sa femme, leurs deux enfants, deux zébus et une charrette, depuis bientôt quatre ans. Ce soir seront projetés sur France Ô les épisodes 8, 9 et 10 de leur série documentaire « Madatrek ». Pour l’heure, il nous raconte son voyage.

 


« C’est dur de survivre à Madagascar, qu’on soit pauvre ou riche »


« Madatrek », c’est quatre ans de voyage et 4500 km parcourus en charrette, le moyen de transport traditionnel le plus répandu chez les Malgaches. « A vouloir comprendre les Malgaches, il faut aussi endosser leur conditions et affronter des problèmes qu’ils vivent toute leur vie » explique A. Poussin. La réalité de la vie à Madagascar est rude : « C’est dur de survivre à Madagascar, qu’on soit pauvre ou riche. On ne peut compter que sur soi car c’est très individualiste », raconte l’aventurier. Sur place, il dit avoir rencontré des personnes extraordinaires, de vrais « saints », comme cette religieuse qui soigne avec rien des lépreux et des tuberculeux, ou le père Aymeric, en charge du foyer « Tanjomoha », qui accueille des handicapés et des orphelins. Il leur apprend un métier, les instruit, les soigne. Un homme porté par sa foi. « Le poids de l’histoire est effacé par l’amour, par le Christ, par le travail des missionnaires » , explique A. Poussin. « Allez vous rendre utiles à Madagascar! » enjoint-il, « il y a plein d’espérance! »

 


« On a une histoire tourmentée entre la France et Madagascar »


Quant au contact avec les malgaches, il explique : « ça n’était pas gagné : on a une histoire tourmentée entre la France et Madagascar, et c’est un peuple susceptible ». Pourtant les relations avec les autorités sont bienveillantes est fructueuses : les Poussin ont travaillé au côté du Ministère de l’environnement sur des projets de reboisement. Et les locaux les suivent et les soutiennent : « les Malgaches nous portent ».

Aujourd’hui « je suis là pour faire la promotion du tourisme à Madagascar » déclare le voyageur. Tourisme qui est effectivement en berne : à peine 200 000 visiteurs par an, contre 2 millions pour l’Ile Maurice. Il appelle également l’Eglise à se pencher davantage sur ce « pays chrétien assez perdu spirituellement », encourageant le Pape à s’y rendre.

L’expédition devrait se poursuivre jusqu’en juillet 2018. A leur retour en France, les Poussin relateront leurs aventures dans un livre, et envisagent déjà de partir vers de nouveaux horizons.