le direct Musique sacrée

Décryptage – Promouvoir la langue française

Le français est la 5e langue la plus parlée dans le monde avec 274 millions de locuteurs. C’est aussi la 2e langue apprise comme langue étrangère après l’anglais. Mais au niveau des organisations internationale, elle décline. Philippe Delaroche essaie de comprendre pourquoi avec Marc Rousset.

« C’est une langue belle avec des mots superbes. Qui porte son histoire à travers ses accents », chante Yves Duteil. Mais encore faut-il la protéger dans ce monde globalisé ou l’anglais a le dessus. Marc Rousset, économiste, a signé une tribune plaidant pour un retour du français à Bruxelles et dans toutes les institutions de l’Union Européenne. Il s’appuie sur deux faits : la décision du représentant permanent de la France auprès de l’Union européenne de quitter une réunion totalement en anglais et sans interprète. Et ce, alors que le français est une des langues officielles. La deuxième est le choix de Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit pour l’Europe de dialoguer dans la langue de Molière avec les britanniques. Marc Rousset tient à rappeler qu’avant l’arrivée des Anglais et même pendant leurs 10 premières années, la langue de travail est restée le français. « C’est tout à l’honneur de cet ambassadeur pour la première fois de réagir », assure-t-il.

Une occasion unique

Comment redorer l’image du français dans les instances internationales ? Pour Marc Rousset, la solution est simple : il faut profiter du Brexit. « C’est une occasion unique », s’enthousiasme-t-il. Les autres pays anglophones que sont l’Irlande et Malte n’ont pas choisi l’anglais comme langue officielle de leur pays auprès de l’UE. C’est le gaélique et le maltais qui ont été préféré. A la sortie définitive du Royaume-Uni. L’anglais n’aura plus aucune officialité. Les élites doivent utiliser ce contexte pour étendre l’usage du français, car pour Marc Rousset : « ou une langue vit et s’affirme ou elle disparaît ». Mais attention cependant : « il ne s’agit pas de remplacer un impérialisme par un autre », prévient-il.