le direct Musique sacrée

Les vérités 2018 – Les Etats Unis et l’Arabie saoudite : jusqu’où iront les contradictions géopolitiques ?         

Le président américain ne cache pas que la morale doit s’effacer devant  ce qu’il considère comme une priorité géopolitique : “ Nous ne connaîtrons peut-être jamais tous les faits entourant le meurtre de M. Jamal Khashoggi. Dans tous les cas les États-Unis entendent rester un partenaire inébranlable de l’Arabie saoudite”.

Donald Trump donne la priorité aux relations économiques nouées par les deux pays : les États-Unis ont passé des contrats d’armements pour des milliards de dollars avec l’Arabie saoudite et donnent la priorité à ce partenariat, au détriment d’une condamnation d’un assassinat.

Tout en  réaffirmant son soutien à la monarchie sunnite, Donald Trump fustige l’Iran, qualifié de “plus grand soutien du terrorisme”. Cette déclaration a entraîné une réaction sarcastique de la part du ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif : “Bizarrement, M. Trump consacre le premier paragraphe de sa déclaration honteuse sur les atrocités saoudiennes à accuser l’Iran de tous les maux qu’il peut imaginer”. Le ministre a aussi ironisé sur les incendies en Californie, dont Trump a déclaré qu’ils auraient pu être évités si les forêts avaient été ratissées sur le modèle finlandais : “Peut-être sommes-nous aussi responsables pour les feux en Californie car nous n’avons pas aidé à ratisser les forêts” ?

L’Iran est l’objet d’attaques et d’accusations multiples de la part de la Maison Blanche, mais analysons ce que représente l’Arabie saoudite.

Pays de 31 millions d « habitants, l’Arabie saoudite considère le Coran comme seule Constitution du pays. Le royaume n’a donc ni Constitution écrite ni Parlement élu, mais seulement une « loi fondamentale de gouvernement » qui codifie depuis 1992 les règles d’organisation gouvernementale déjà existantes. Le Conseil des oulémas et le Comité permanent des recherches islamiques, avec la délivrance des fatwas, sont compétents pour l’interprétation des règles religieuses. Aucune manifestation ou culte d’une autre religion ne sont acceptés, et ceux qui expriment, à ce titre, une opinion différente sont déclarés apostats et passibles de la peine de mort. La liberté de religion de la population non musulmane est très restreinte et doit s’exercer exclusivement dans le domaine privé.

Au niveau économique le pays détient les deuxièmes plus importantes réserves prouvées de pétrole au monde. Elles totalisent 265 milliards de barils, soit 36 milliards de tonnes. Ces réserves représentent 16 % des réserves mondiales.

L’Arabie saoudite reste le premier producteur mondial avec 12 millions de barils/jour, devant la Russie (11 millions de barils/jour) et les États-Unis (10 millions de barils/jour). Le pétrole constitue l’essentiel de ses ressources financières.

Ryad consacre à son budget militaire un des pourcentages les plus élevés du monde. Ce budget dépasse la barre des 10 % du PIB. Les forces armées se composent de l’Armée royale et du SANG (en anglais), un organisme indépendant de l’armée avec des forces paramilitaires de 200 000 militaires en service actif.

Mais venons à l’essentiel géopolitique de l’armement saoudien.

Le royaume saoudien entretient une longue relation militaire avec le Pakistan et a secrètement financée le programme nucléaire pakistanais. En échange de cet investissement, Ryad dispose de bombes atomiques disponibles, mais dont le « produit fini » rester stationné au Pakistan.

Comment et pourquoi Washington, si intransigeant avec Téhéran sur la question nucléaire, reste-t-il muet lorsqu’il s’agit de l’Arabie saoudite ? Evidemment pour des raisons géopolitiques, mais nous estimons que Washington joue avec le feu, car personne ne maîtrise l’islamisme radical qui se révèle chaque jour plus violent et moins contrôlable.                                              

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *