le direct Musique sacrée

Les vérités 2018 – La Corée du Nord et les jeux olympiques : préludes à la paix ou à la guerre ? Comment parler à un pays kamikaze ?  

Analysons la réalité économique d’une Corée du Nord  se voulant une puissance géopolitique.             

Le PIB nord-coréen, en termes réels, est de 32.000 milliards de wons (24 milliards de dollars), soit 2% du PIB sud-coréen. Sa population est de 25 millions d’habitants contre 50 millions au Sud.

    L’industrie minière et manufacturière  représente 33,2 % de l’industrie du pays. La Banque de Corée (du Sud) estime que les exportations du Nord ont progressé de    4,6 % grâce notamment aux livraisons des produits de la pêche, en hausse de 74 %. Les importations ont, quant à elles, augmenté de 4,8 % en 2016, portées par les produits végétaux et textiles.                                                                                                                              Mais, comme autrefois le Pékin de Mao, la capitale, Pyongyang,  est une vitrine, un faire-valoir de la politique officielle avec quelques boutiques et des restaurants qui ont ouvert leurs portes. L’usage des devises étrangères est interdit alors que les dollars circulent sans vergogne sous le comptoir.

Mais, à l’écart des grandes villes, la misère du pays est omniprésente : selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, 4 habitants sur 10 seraient sous-alimentés. La CIA estime que l’économie parallèle représenterait de 30 % à 50 % du PIB et Pyongyang reste dépendant de la Chine, son alliée traditionnelle, avec 90 % de ses échanges. Menaçante par sa puissance nucléaire déclarée en public, (mais très surestimée), la Corée du Nord survit avec une économie misérable et sous-développée : ses missiles présentés sont ceux d’un parti kamikaze mobilisant sa population pour lui faire accepter sa misère.

Il est difficile, dans ce pays, bâti depuis la guerre froide sur un régime marxiste, totalitaire et autarcique, d’accéder à des statistiques crédibles. Une certitude, le budget militaire pèse très lourd dans la richesse nationale : entre 13% et 20% du PNB. Une telle ambition stratégique déclarée a été rendue possible par la mobilisation et l’enrôlement de la population : un million de militaires et près de huit millions de réservistes sur 25 millions de Nord-Coréens, autour de la dynastie au pouvoir et, aujourd’hui, de Kim Jong-un.

Une menace pour les Etats Unis : en aucune façon et pour deux raisons. L’armée nord coréenne est une armée de parade avec des matériels désuets, alors que Washington dispose de moyens lui permettant d’anéantir Pyongyang en quelques minutes. La Corée du Nord ne survit que par le bluff. Donald Trump le sait et n’hésitera pas à agir comme l’avait fait son grand ancien le président Truman.

Pour revenir à l’actualité des jeux olympiques : c’est une parade qui fait la Une des médias avec une interrogation : que cherche le Nord ? Faire venir le président sud coréen à Pyongyang pour faire croire à une égalité géopolitique entre les deux pays.

Le bluff, toujours un bluff que les Occidentaux feignent d’ignorer, mais peut-on prévoir les réactions d’un pays kamikaze ? La réponse est malheureusement non.