le direct Musique sacrée

Les vérités 2018 – Démographie et immigration : les vrais défis du siècle

En ce 14 juillet admettons les vraies données géopolitiques, leurs conséquences. Comment y faire face ?

L’accueil des migrants déstabilise l’Europe face aux dilemmes tant qualitatifs que quantitatifs que le mot « accueil « suscite. La géopolitique est à même d’exposer les données objectives du problème migratoire, mais la plupart des gouvernants et des politiques n’osent pas exposer les réalités de ce défi majeur du XXIème siècle.

Que nous dit, en effet, la géopolitique ? Renaud Girard, dans le Figaro, s’y essaie dans une chronique « L’Europe fracturée par l’immigration illégale », en fournissant les chiffres majeurs expliquant l’immigration : ceux de la démographie.

En 1960, l’Afrique comptait 250 millions d’habitants : elle en compte aujourd’hui 1,25 milliard et elle en comptera près de trois milliards en 2050. Le Nigéria, un des champions de l’immigration, passera, lui, de 34 millions à 300 millions d’âmes durant la même période.

En face de nous, Egypte, Algérie, Tunisie et Maroc comptent aujourd’hui 200 millions d’habitants, avec la même courbe de progression de ses populations.

Les chiffres de l’Afrique parlent d’eux-mêmes : les migrations peuvent submerger l’Europe et la ruiner sans résoudre en quoi que se soit les problèmes du continent africain.

« Donnons à César ce qui est à César et à Dieu, ce qui est à Dieu »,  disent les écritures. L’accueil de migrants rassure les bonnes consciences, mais l’action de l’Occident doit être tout autre en se basant sur trois priorités  géopolitiques.

1- Accroitre l’aide financière aux pays Africains, afin de stimuler leurs productions agricoles et industrielles.

2- Obliger les gouvernants à instaurer un planning familial intelligent et respectueux de la dignité humaine.

3- Fermer militairement la Méditerranée aux passages clandestins, pour que les élites et les jeunes générations fassent pression sur les politiques de leurs pays respectifs pour faire aboutir les deux premières priorités.

Venons en à la France où une majorité de nationaux craint les migrations et s’y oppose politiquement. Pourquoi cette attirance de l’Afrique pour notre pays ? Pour deux raisons.

1- Historiquement la France a colonisé le Maghreb et une partie de l’Afrique, sous les appellations A.O.F et A.E.F. Ces Africains parlent souvent français. D’une façon générale les dialectes locaux ne possédant ni alphabet, ni écriture, les nationaux ne peuvent communiquer à l’extérieur que par l’anglais ou le français.                                        2- La France offre  gratuitement aux plus pauvres des allocations, des soins médicaux et l’éducation des enfants : ce qui explique nos 57% de dépenses publiques et nos 47% de prélèvements sociaux et fiscaux, faisant de nous un champion mondial dans ces deux domaines expliquant nos déficits et nos dettes. Cette générosité nous place en infériorité, face à une Allemagne dont tous les clignotants sont au vert : budget, balance commerciale, puissance industrielle et dette.

Pouvons-nous être encore une terre d’accueil ? Sauf exception, la réponse est évidemment non, car les chiffres parlent d’eux-mêmes : 65 millions d’habitants face à un milliard et demi aujourd’hui et à trois milliards d’Africains en 2050.

Une seule issue pour l’Afrique, une seule solution pour la France : les trois priorités que nous avons définies.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *