le direct Musique sacrée

Les vérités 2018 – Corée du Nord, Russie : les grand bluffs militaires avec ses excès médiatiques

Essais nucléaires, envois de missiles, défilés militaires grandioses : la Corée du Nord veut démontrer qu’elle peut se mesurer aux Etats-Unis, et la possible rencontre de Donald Trump avec Kim Jong-un serait une sorte d’apothéose pour ce petit pays de 16 millions d’habitants au PIB de 40 milliards de dollars.    

En réalité, Pyongyang a connaissance du rapport de la CIA, transmis par la Chine, indiquant qu’il faudrait cinq minutes au Pentagone pour anéantir toutes les infrastructures civiles et militaires de la Corée du Nord. C’est un tigre de papier, mais pouvant se transformer en kamikaze en envoyant un missile nucléaire sur Séoul.

Une des bases de la géopolitique est l’histoire. Rappelons deux déclarations historiques de la dernière guerre.

1- Celle d’Heydrich, le numéro 2 du régime nazi, faite à Helmut Knochen, le chef de la Gestapo en France, en mars 1942 : » nous avons déclaré la guerre aux Etats Unis en décembre dernier et nous allons la perdre, étant donné leur puissance économique ».

2- Celle de l’amiral Yamamoto suite à l’attaque de Pearl Harbour : »Je crains que tout ce que nous avons réussi à faire est de réveiller un géant endormi et de le remplir d’une terrible résolution. »                                                                                                 

Ces deux personnalités avaient conscience qu’attaquer une puissance économique très supérieure à la leur était un pari perdu d’avance.

Il est probable que Pékin, lucide, a fait comprendre à Pyongyang la réalité stratégique de la situation et le risque qu’il encoure.

Nous retrouvons la même problématique avec la Russie annonçant la mise au point d’un nouveau missile et d’un nouvel avion furtif. Certes Moscou a démontré son courage durant la dernière guerre et la Russie pourrait être le complément de l’Europe, mais aujourd’hui elle devrait comprendre que la réalité géopolitique ne la place pas en position de force.

Les chiffres sont là pour le rappeler.

Le PIB russe, sa richesse produite, représente la moitié de celle de la France et le 1/15ème du PIB des Etats Unis. Quant au budget de la défense Washington se situe avec ses 700 milliards de dollars, à la moitié des budgets mondiaux, au double du budget chinois, et à plus de dix fois le budget russe (60 milliards de dollars).

Ces chiffres parlent, ils sont éloquents et on peut regretter que les politiques comme les médias ne les évoquent pratiquement jamais.

Certes nous vivons une époque de guerres régionales avec une perte d’influence des Etats Unis et cette menace kamikaze de l’arme nucléaire faisant croire, comme le pratique la Corée du Nord, à une puissance réelle. Kim Jung-un, parlant avec Donald Trump, conforte son audience auprès de son peuple, et la rencontre annoncée fera la « une » de la presse.

Nous développons des analyses logiques, malheureusement l’Histoire ne l’est pas, à commencer par celle de la France.

– La dépêche d’Ems en 1870 a déclenché une guerre franco-allemande qui a mis fin au second empire.                                                                                        – L’assassinat de l’archiduc d’Autriche en 1914 a déclenché ce terrible conflit dont nous subissons encore les conséquences.

Ne nous étonnons pas du scepticisme croissant des opinions publiques envers les politiques et de l’anarchie croissante de notre univers : elle est dangereuse et rend l’avenir bien incertain.