le direct Musique sacrée

Les vérités 2018 – Le Mexique : ce voisin des Etats-Unis est menacé par l’anarchie et les violences internes

Sa frontière de 3 000 kilomètres avec son grand voisin du Nord fait souvent « la une » des médias et Donald Trump en fait un de ses objectifs présidentiels : il veut en faire une frontière étanche payée par Mexico, pour bloquer les arrivées de migrants.    Avant de parler des élections mexicaines, résumons les principales données du pays.

1- Une superficie de trois millions de Km2, soit près de six fois la France.

2- Une population de 125 millions d’habitants ayant l’espagnol comme langue officielle. C’est un Etat fédéral composé de 32 fédérations.

3- Un PIB de mille deux cent milliards de dollars, avec une croissance de 2%, une inflation de 6%, un déficit commercial de 20 milliards de dollars.

4- Une main-d’œuvre bien formée et peu coûteuse. En 2017, le chômage a chuté à 3,6% contre 3,9% en 2016. Le secteur informel emploie néanmoins 60% de la population active. Plus de 45% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté selon la définition des standards nationaux : ce qui explique les poussées migratoires vers  les Etats-Unis.

5- Une insécurité croissante. Depuis 2006 et le déploiement de l’armée contre les narcotrafiquants, plus de 200.000 personnes ont été assassinées et 30.000 sont portées disparues. Le Mexique a terminé 2017 sur le triste record de 25.339 homicides.

Venons-en à l’actualité. Près de 90 millions de Mexicains ont été appelés aux urnes pour élire le successeur du président Enrique Peña Nietà ainsi que 500 députés et 128 sénateurs.

Andrés Manuel López Obrador (AMLO), candidat de la gauche, défait en 2006 puis en 2012, devait l’emporter à la tête d’une nouvelle coalition…  Il vise plusieurs objectifs : lutter contre la pauvreté, lutter contre la corruption  et l’argent de la drogue, fléau numéro un au Mexique. Il veut renégocier les contrats d’exploitation du pétrole et que l’Etat prenne possession des terres agricoles en friche pour les redistribuer. Il veut aussi amnistier les petites mains qui travaillent pour les cartels et leur confier l’exploitation de ces terres. AML0 n’a pas ménagé ses efforts pour faire admettre son programme, visitant près de 2 500 villes et promettant de faire du palais présidentiel un parc public.                                                                                          Il veut vendre tous les avions et hélicoptères gouvernementaux, y compris son propre Air Force One, et diviser par deux le salaire présidentiel et celui des ministres. Son programme séduit les Mexicains choqués tant par les affaires de corruption que par l’insécurité.

Programme de gauche, certainement, mais est-il inspiré par l’ancien leader du Venezuela, Chavez ? Espérons que non, car le drame économique et social vécu aujourd’hui par ce pays est terrifiant.

L’analyse géopolitique de l’Amérique du sud  et sa prospective sont d’autant plus difficiles à établir qu’il n’y a pas d’exemple qu’un continent subisse annuellement plus de 150 000 assassinats par an : l’équivalent d’une guerre !

Ramener la sécurité doit être la priorité du futur Mexique : est-ce encore possible ? Nous ne pouvons l’assurer.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *