le direct Musique sacrée

La précarité énergétique, cette grande oubliée

Philantropia fait découvrir l’association Réseau Éco Habitat, qui aide les personnes précaires à trouver les financements pour améliorer l’isolation et le chauffage des habitations et faire ainsi baisser la facture énergétique.

La précarité énergétique a une définition bien précise. « C’est un foyer qui consacre 10 % de ses ressources pour payer ses factures d’énergies », indique Franck Billeau le fondateur de l’association. Il note que le prix de l’énergie a considérablement augmenté mais pas le niveau de vie des individus. La précarité énergétique est pour lui une double peine car elle touche des personnes déjà fragiles et avec une facture démentielle. « On rencontre des personnes qui ne se chauffent plus parce qu’elles font le choix de se nourrir, se vêtir, payer les factures qu’elles ont mensuellement et à la fin du mois il ne reste pas grand-chose pour payer l’électricité ou le chauffage », ajoute-t-il.

Réseau Éco habitat

Pour pallier à cette précarité, Franck Billeau, longtemps bénévole au Secours Catholique, a fait le constat qu’il existait des aides publiques pour la rénovation et que le secteur du bâtiment était moribond. Pour cela, il a créé Réseau Éco habitat. Les bénévoles vont aux contacts des foyers précaires énergétiquement et les aident à trouver le maximum d’aide pour entreprendre les travaux. Ils mettent aussi en contacts avec des entreprises artisanales et rassurent celles-ci sur la solvabilité des foyers. Ensuite, il y a un effort d’éducation sur les éco-gestes du quotidien. L’association travaille sur l’Oise, la Seine et la Somme. Jacqueline Brahim, bénévole, explique son rôle : du secrétariat pour le bureau et des contacts avec le Secours Catholique qui donne le nom de personnes pouvant être en précarité énergétique. « Nous rencontrons très fréquemment des personnes qui se trouvent gênées de leur situation, qui ont honte, qui ne veulent pas montrer ce qu’elles ont et qui n’imaginent pas pouvoir bénéficier de travaux », raconte-t-elle. Commence alors un travail de rencontre et de mise en confiance pour aboutir à une acceptation et initier un processus de rénovation.