le direct Musique sacrée

La signature musicale de Marie-France Mignal

Marie-France Mignal est la directrice du Théâtre Saint Georges dans le 9ème arrondissement. Femme de théâtre et de lettres, elle publie « A tout à l’heure », (Dacres) un texte pour son mari décédé. Elle livre sa signature musicale à Claire de Castellane.

34 ans. Marie-France Mignal est à la tête du théâtre Saint Georges depuis 1984. « Au départ, c’était pour faire de la production parce que comme comédienne, on a des grands temps morts, lorsqu’on n’est pas une vedette. On m’avait dit très justement : « si tu as un lieu, t’auras pas de texte, si t’as un texte, tu n’auras pas les acteurs. Tu seras toujours en train de chercher quelque chose en production ». Aujourd’hui, elle continue d’essayer de faire coïncider des textes avec des comédiens dans ce théâtre Saint Georges. A l’affiche en ce moment : « Les faux British« . Une pièce qu’elle a commencé par refuser. « Je dis non, je suis en train de répéter une pièce que j’aime beaucoup, qui va très bien marcher », motive-telle au producteur qui lui a proposé la pièce. Voyant que les recettes n’étaient pas au rendez-vous, il lui a re-proposé la pièce. « J’avais des recettes lamentables, j’ai dit : « oui, oui je les prends » », sourit-t-elle.

Sa relation avec son mari

Marie-France Mignal publie un texte aux éditions Dacres intitulé : « A tout à l’heure ». Elle a commencé à écrire suite au décès de son mari, Alain Derobe, « une façon de faire le deuil ». Sans plan précis, elle a mis sur le papier ce qui lui venait. Un texte plein de pudeur et sensibilité, qui montre le grand amour qu’elle lui portait. « Personne ne donnait deux sous de notre aventure », rigole-t-elle évoquant le début de leur couple sur un plateau de cinéma. C’est pour lui qu’elle a choisi la « Danse Macabre » de Camille Saint-Saëns. C’est sur cette musique que son mari se déliait les doigts au piano.