le direct Musique sacrée

Un prêtre français nommé au Vatican

Le pape François a nommé un prêtre français, le père Bruno-Marie Duffé, secrétaire du nouveau dicastère (ministère) du développement humain intégral. Le Saint-Siège l’a annoncé aujourd’hui.

« Je dois vous dire que je suis d’abord profondément ému et joyeux de cette appel du pape François à mon égard qui me touche profondément » a-t-il déclaré à Radio Notre Dame quelques instants après sa nomination. « Cet appel consacre et concentre toutes les dimensions qu’ont été les dimensions de mon ministère depuis 30 ans. »

Père Bruno-Marie Duffé / Pèlerin
Père Bruno-Marie Duffé

Âgé de 65 ans, le père Benoît-Marie Duffé est docteur en philosophie du droit et éthique sociale, titulaire d’une maîtrise de théologie morale, et prêtre du diocèse de Lyon depuis 36 ans.

De 1999 à 2015, il a effectué de nombreuses missions sous l’égide de l’ONU ou d’ONG comme Caritas, Terre des hommes et Médecins sans frontières au Rwanda, au Kosovo, en Ukraine, en Algérie, au Cameroun et au Proche-Orient.

« En réalité, nous sommes appelés à être en permanence dans la rencontre avec les personnes les plus fragilisées, les plus meurtries de notre monde, de notre temps. A essayer d’imaginer avec eux comment nous pouvons faire ensemble quelques pas d’espoir, quelques pas d’espérance et d’amour ».

Le père Bruno-Marie ne sait pas encore quelles seront ses missions mais il aura sans doute « à permettre que les expériences des uns et des autres soient valorisées ». Il évoque l’importance d’être « dans le monde », là où résident aujourd’hui l’inquiétude et la violence. Être témoin de l’amour, de l’attention et de la bienveillance, voilà la mission de l’Eglise.

Commentaires

  1. Pourrait-on nous expliquer ce que peut bien être le “développement humain intégral”, qui semble nous venir tout droit du New Age, du Mouvement du Potentiel humain ?

    Cf. Wikipedia …

    ** extrait **
    Le mouvement du potentiel humain (Human Potential Movement) est né au sein de la contreculture des années 1960 aux États-Unis. Il est fondé sur l’idée que des ressources psychologiques et spirituelles, des états supérieurs de conscience ou des expériences transcendantes, transpersonnelles ne sont pas exploitées en l’être humain. À travers ce développement d’un tel potentiel, la vie individuelle serait plus enrichissante, créative et heureuse et des changements sociaux positifs pourraient être espérés. L’Institut Esalen et diverses méthodes de psychothérapies ont été créés à cette époque.
    Cependant, sans efficacité démontrée ni encadrement institutionnel, et très imprégnée d’un spiritualisme confus issu du mouvement New Age, ce mouvement demeure considéré par les scientifiques comme une pseudo-science, et le pouvoir public met en garde contre son potentiel de dérive sectaire1.

    **

    Quand même… quel “développement humain intégral” chez Marthe Robin, Maria Valtorta ou un enfant qui meurt de malnutrition ou d une épidémie, voire – dure “loi naturelle” – d’un embryon ou d’un fœtus victime d’un avortement spontané ?
    Le souci de garantir à autrui, quel qu’il soit, ses droits, en tant que “mon” devoir – de chrétien et/ou de citoyen du Monde – ne suffit-il plus à la doctrine sociale de l’Eglise ?
    Ou alors, qu’on nous dise franchement que la théologie catholique, via le Concile Vatican II et la Rencontre d Assise (1986), conduit désormais, par adaptation obligée à notre condition moderne et planétaire, à une convergence entre Rome et Esalen, aussi Varanasi ou Dharamsala, etc, autant dire entre Yeshoua-Christos et Vishnou ou Bouddha, jusqu’à Quetzalcoatl, etc., en passant par la rencontre avec “Il-Ça” lors d’une EMI (cf. Marie de Solemne, etc.), du fait d’une commune tendance (au choix) :
    – l’aspiration humaine, malgré tout, au compassionnel au moins final, sotérial (cf. Matthieu Ricard…),
    – et/ou l’inspiration ontique émanant d’Agapè, cet Amour inconditionnel ?
    Personnellement, ce nouveau dicastère ainsi orienté ne me dérange pas, bien au contraire, s’il s’avère un moyen efficace d’approcher, “aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain”, l’heureux statut de “Frère des Hommes” – et tout autant, parmi tous les autres êtres vivants, de “Frère en Biosphère”…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *