le direct Musique sacrée

Réginald Gaillard : « Il faut renvoyer des prêtres en paroisse rurale »

Au lendemain du premier dimanche de l’Avent, Réginald Gaillard nous fait prendre de la hauteur avec son premier roman, La Partition Intérieure (Rocher). Ecrivain, poète et éditeur, il était ce matin Le Grand Témoin de Louis Daufresne.

Une immersion dans la France rurale jurassienne narrée par un prêtre. « C’est un personnage qui a totalement disparu de notre littérature. » Nous sommes en 1969. En plein cœur du Jura arrive alors un prêtre parisien dont la mondanité et la hauteur culturelle ne lui facilitent pas l’intégration. Une sorte de combat de rue qui l’amènera finalement à rencontrer deux personnages bouleversants, Charlotte (ayant réellement existé) et un compositeur athée, lesquels lui permettront de se découvrir lui-même dans un cadre qu’il ne pensait apprivoiser un jour. « Au départ, je ne souhaitais rendre hommage qu’à Charlotte », mais seul un prêtre eût été capable de la mettre en valeur, selon Réginald Gaillard.

De luthérien à catholique

Un retournement du cœur. Réginald Gaillard entre dans une église pour y prier. Il est soudainement envahi de larmes. « Ça se passe à l’intérieur, ça ne s’explique pas. » Trois ou quatre jours durant, l’auteur reste dans cet état « quasiment second » sans chercher à en analyser l’origine. De manière concrète, c’est un état de quasi plénitude, « comme si on était gonflé à l’intérieur ». La lourdeur du quotidien rattrape évidemment ce bouleversement, mais ce changement est acquis et pour Réginald Gaillard, c’est une transition brutale qui n’a rien de fantasque.

La revue Nunc

« J’ai lancé Nunc comme on traverse un ravin où il n’y a pas de pont. On espère à chaque fois qu’une pierre va apparaître sous nos pieds. » Le public est essentiellement universitaire mais certains textes y sont tout à fait abordables. Un artiste accompagne chaque numéro, la poésie y est prépondérante. « On travaille pour le Royaume, on ne s’intéresse pas du tout à la rentabilité des titres. »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *