le direct Musique sacrée

Pas de dialogue possible avec Satan !

Ne dialoguons pas avec Satan martèle le pape François depuis plusieurs années, il a renouvelé cet appel dans un entretien avec TV2000.

Etre un athlète de Dieu, comme le disent les premiers pères du désert et ne pas « dialoguer avec Satan » estime le Saint-Père, dans un court entretien accordé à la chaîne de télévision catholique TV2000.  François a rappelé que Satan était « une personne » très intelligente qui a de fortes chances de l’emporter, « je veux dire une chose dont je suis convaincu : avec Satan, on ne peut pas dialoguer. Si tu commences à dialoguer avec Satan tu es perdu, il est plus intelligent que nous et il te renverse, te fait tourner la tête et tu es perdu. Non, va-t-en! » poursuit le Pontife.

Satan personnifie « le mal et non le brouillard de Milan« , souligne le pape François dans un extrait diffusé par la chaîne, « ce n’est pas une chose diffuse, c’est une personne« . »Il fait toujours mine d’être éduqué avec nous. Avec nous les prêtres, les évêques, il est éduqué, il entre comme ça et puis ça finit mal si tu ne t’en aperçois pas à temps », a ajouté le souverain pontife argentin.

Le court entretien du pape, qui s’inscrit dans une série hebdomadaire en neuf parties, sera diffusé par la chaîne mercredi soir.

Plus souvent que ses prédécesseurs, le pape jésuite François évoque la présence nocive du « diable« , du « démon« , de « Satan » dans le monde, et la nécessité de lutter contre ce mal très concret par différents moyens.

Il a par exemple déjà recommandé aux prêtres de ne pas hésiter à recourir à des exorcistes locaux lorsqu’ils sont témoins de grands désordres spirituels dans le confessionnal. La pratique n’est pas admise par tous dans l’Eglise.

Dans une messe à la mémoire de Jacques Hamel, prêtre français égorgé par des jihadistes dans son église en 2016, le pape avait par exemple souligné que tuer au nom de Dieu était « satanique ». « Satan va-t-en! », avaient également été les dernières paroles du père français de 85 ans lancées à ses assaillants.

 

avec AFP