le direct Musique sacrée

La Visitation : une date et un mystère

Dans le calendrier, la date revient tous les ans, le 31 mai. Fête religieuse, la Visitation est tout d’abord l’histoire d’une rencontre ou plus exactement de retrouvailles entre deux cousines. Une situation banale, mais qui revêt un caractère extraordinaire. Pourquoi ?

La vocation de Marie : porter Jésus au monde

La Visitation n’est ni une visite de courtoisie, ni une visite de pur soutien matériel à une femme sur le point d’accoucher, non, il s’agit de bien davantage ! D’ailleurs, Charles de Foucauld évoque la Visitation en ces termes : « Marie part pour sanctifier saint Jean, pour lui annoncer  la Bonne Nouvelle, pour l’évangéliser et le sanctifier, non par ses paroles, mais en portant Jésus en silence, auprès de lui, au milieu de sa demeure. »

Il s’agit donc d’un continuum, de l’Annonciation à la Visitation. Le « oui » de Marie à l’Ange Gabriel prend toute sa dimension, lorsque la jeune femme va au-devant d’Elisabeth. A ce moment-là, Elisabeth représente tous les chercheurs de Dieu, tandis que Marie porte en son sein le Salut du monde.

Cette démarche silencieuse vient trouver un écho dans la vie religieuse. « Ainsi font les religieux qui sont voués à la contemplation… Sans paroles, ils portent Jésus, au milieu des hommes, en silence » rappelle encore Charles de Foucauld dans ses Nouveaux écrits spirituels.

Deuxième mystère joyeux et appel à l’Espérance

« Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni ». C’est le cri jaillissant du cœur d’Elisabeth lorsque cette dernière retrouve sa cousine et c’est aussi la première partie du Je vous salue Marie. Une apostrophe à laquelle Marie répond : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! ». Le Magnificat est donc cette réponse de Marie, réponse soufflée par l’Esprit, et qui démontre que Dieu ne domine pas par la force, mais choisit de venir habiter dans le cœur des humbles.

« Le Rosaire est ma prière préférée. C’est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur » disait Jean-Paul II, en octobre 1978. La Visitation est l’un des vingt mystères que nous propose le Rosaire, pour suivre le Christ à l’école de la Vierge. Véritable pont entre l’Ancienne et la Nouvelle Alliance, la Visitation fait le pont entre Jean-Baptiste et Jésus. Un changement de paradigme ? Non, trop simple… Dans le don de la vie reçu à la fois par une femme âgée et une jeune vierge, la Visitation illustre combien « rien n’est impossible à Dieu » et que comme le rappelle le père Sébastien Antoni « Dieu donne la vie et comble les attentes de ceux qui l’espèrent contre toute espérance ».

>> Pour compléter, retrouvez le commentaire de l’Evangile par le père Patrice Sonnier :