le direct Musique sacrée

La vie religieuse : quelle raison d’être ?

« Religieuse, pourquoi ? », tel est le titre de l’ouvrage de Sœur Nathalie Becquart, sous-titré « Cette vie en vaut la peine ». Dans En Quête de Sens, nous échangeons sur le sens de la vie consacrée et la soif de Dieu toujours présente, particulièrement chez les jeunes.

Une vie en décalage ?

La vie religieuse ? « Elle parait étrange, presqu’antinomique, elle intrigue » répond Sœur Nathalie Becquart, xavière et directrice du Service National pour l’Evangélisation des Jeunes et pour les Vocations. Aujourd’hui, la vie religieuse fait l’objet d’incompréhension, or son rôle est d’être « prophétique » et de témoigner « qu’il y a une autre réalité que la réalité visible et matérielle ».

« Je n’avais jamais imaginé avoir une vie aussi  belle, aussi riche, Dieu ne cesse de combler » confie la religieuse pleinement épanouie. Et pourtant, comme tous, la passionnée de voile en a traversé des tempêtes. « Tout engagement dans la durée fait traverser des doutes, des crises, des combats. Je ne serais pas là aujourd’hui si Dieu ne m’avais pas tenue ». Enfermement ? Perte de liberté ? Non, bien au contraire, « le Christ nous veut profondément libre » et c’est de notre « liberté intérieure » dont il s’agit.

La liberté intérieure pour répondre à la soif

La société façonne les individus en leur inculquant un esprit de compétition, or « suivre le Christ, c’est se laisser dépouiller de tout ce qui est faux en soi, de tout ce qui n’est pas la vie », mais l’exercice est difficile, un grand chemin d’humilité !

« On n’est pas dans un monde qui change, on est dans un changement de monde » affirme le pape François. Le dialogue est parfois difficile entre les générations, car les jeunes et leurs aînés ne parlent pas le même langage. Le défi est donc de « changer de logiciel » nous dit Sœur Nathalie Becquart, car les jeunes ont toujours une réelle soif spirituelle. Les rejoindre là où ils sont, leur proposer des espaces d’expérience spirituelle et les accompagner s’impose. « Dans cette culture du provisoire, poser un acte d’engagement n’est pas simple » reconnaît Sœur Nathalie Becquart. « On ne peut discerner en une minute », il faut prendre le temps de « reconnaître ce qui se passe en nous et le décrypter, pour ensuite choisir ».

Apports de la vie religieuse à l’Eglise et au monde

« Chaque époque fait émerger des besoins nouveaux », c’est pourquoi « la vie religieuse est appelée à une refondation perpétuelle » selon Sœur Nathalie Becquart. Néanmoins, « la vie consacrée existe quasiment depuis les origines de l’Eglise » et c’est en cela qu’elle peut lui apporter sa « sagesse pratique » liée à la vie en communauté. « La synodalité est le chemin pour l’Eglise d’aujourd’hui », c’est une certitude pour le pape François qui tient beaucoup à la dimension collégiale. « On analyse toujours les choses à partir de soi, or la vérité, personne ne la détient tout seul, elle est à chercher ensemble » conclut Sœur Nathalie Becquart.