le direct Musique sacrée

Le défi des femmes aujourd’hui : ne pas renoncer à son désir profond

« Ce n’est pas avec son temps, mais avec vos choix qu’il faut vivre » ! Un cri du coeur lancé par les cinq co-organisatrices du colloque (ledefidesfemmesaujourdhui.com) qui s’est tenu samedi 14 octobre 2017, à l’initiative de l’association des Femmes Actives au Foyer. Un événement national qui a réuni près de 600 femmes venues des quatre coins de la France, dans l’amphithéâtre Foch de l’Ecole Militaire.

Un succès, révélateur d’une grande attente, à en juger le nombre de personnes qui n’ont pu s’inscrire.

            « Femme et foyer, le bon choix au bon moment »

Parce que les femmes ne se retrouvent plus dans les modèles de performance qu’on leur propose, l’heure est venue de sortir d’une vision binaire qui oppose les « femmes au foyer » aux « femmes actives », du « tout » ou « rien ».

Sous formes de conférences successives, façon TEDx, les intervenants (4 hommes et 7 femmes) pour la plupart déjà bien connus de la sphère médiatico-catholique, ont encouragé les participantes à se positionner dans leur spécificité féminine, à choisir leur vie, et trouver leur propre fécondité, avec leurs propres contours.

Claire-de-st-LagerClaire de Saint Lager, trentenaire, célibataire, auteur de La voie de l’amoureuse – libérer le féminin : désir, intériorité, alliance (Artège), a lancé le parcours Graine de femme et ISHA Formation. Sa conviction : oui il y a des défis mais les femmes ont toutes des ressources. Et c’est souvent à partir de ses propres manques, que naissent chez la femme, la créativité et l’unité pour rayonner.

            « J’ai arrêté de travailler pour m’occuper de mes enfants »

V+®ronique dÔÇÖEstaintotUne phrase lourde de sens, selon Véronique d’Estaintot, créatrice de l’association Au fil de vos choix, qui accompagne les personnes ayant vécu des interruptions dans leur parcours professionnel. Mère de 4 enfants, elle a réalisé une thèse en psychologie de la décision. Sa conviction : la manière dont on se présente, est la conséquence du sentiment de perte ou de gain qui précède sa décision :

Pour elle, ce qui est important, c’est de faire des choix, sans se laisser influencer par les pressions de la société :

Un équilibre subtil à trouver, à deux, en allant à l’essentiel, en prenant le temps de s’arrêter, voir les besoins et les priorités de chacun, le tout dans une logique de collaboration et non de compétition.

« Nos talents répondent aux besoins des entreprises »

Marie OliveauMarie Oliveau, mère de 5 enfants, diplômée de l’ESCP, dirige Talent sur Mesure, un cabinet de recrutement spécialiste du travail flexible, qu’elle a fondé il y a 5 ans. Elle propose une méthode simple pour se positionner :

Si l’intervenante peut affirmer cette conviction, c’est parce qu’elle est le fruit de sa propre expérience de mère au foyer active :

« Il est interdit d’interdire à une femme de renoncer à son désir profond ! »

Inès de FranclieuInès de Franclieu, mère de 9 enfants, a, elle aussi, insisté sur la nécessité d’oser s’affranchir des faux-interdits :

Elle a voulu mettre en avant son bonheur d’avoir été mère au foyer :

La vraie question à se poser n’est donc pas : « mère au foyer ou mère travaillant à l’extérieur «  :

Aujourd’hui spécialisée en éducation affective et sexuelle, elle a montré le drame que vivent ces enfants qui rentrent seuls chez eux après l’école, notamment dans un contexte où l’écran est omniprésent :

Inès de Franclieu a fondé Com’ je t’aime et réalisé un double CD Vie affective et sexuelle, comment en parler à nos enfants ?, éditions de l’Emmanuel.

Elle est également l’auteur de Dis, en vrai, c’est quoi l’amour ?, éditions de l’Emmanuel et Amour et Sexualité, comment en parler aux enfants et aux adolexcents ?, éditions Quasar.

            « Passer du destin subi à la vocation »

Ce sont les propos d’Yvonne Pellé-Douël, citée par Jean-Baptiste Hibon, qui pourraient finalement donner la couleur de l’esprit du colloque. Mais attention aux bonnes recettes. Comme l’a indiqué Fabrice Hadjadj, rebondissant sur l’intitulé du colloque, « on rêve d’appuyer sur un bouton, sur la télécommande pour obtenir un résultat automatique. Mais la vie, ce n’est pas ça. La famille est le lieu où cela ne fonctionne pas, le lieu de la vie, de la comédie et de la tragédie ».

>> Réécouter la Rencontre avec Claire de Saint Lager

>> Réécouter Enquête de Sens : « être femme au foyer, encore un choix aujourd’hui ? »