le direct Musique sacrée

François Sureau : « Il y a une disparition totale du sens du mal »

Au lendemain du procès Merah, où en sont nos libertés, nos droits fondamentaux, dans un pays qui essaye de réprimer le terrorisme ? François Sureau plaide « Pour la liberté » (éditions Tallandier) qui nous aidera peut-être à mieux nous situer dans cet univers judiciaire. Sommes-nous en progression ou en régression ? Réécoutez Le Grand Témoin

Avocat au barreau de Paris et ancien membre du Conseil d’Etat, François Sureau dévoile aujourd’hui ses « grands oraux ». Il revient sur l’histoire de la justice française à travers les siècles, jusqu’aux priorités juridiques de l’Eglise : « Il faut moins s’occuper de la famille, de la vie sexuelle des gens, et beaucoup plus des catégories qui sont directement présentes dans l’Evangile, c’est-à-dire en particulier les étrangers et les détenus ».

Il revient également sur le procès Merah et la réaction de l’ancien premier ministre, Manuel Valls : « On ne peut pas prétendre lutter contre le terrorisme au nom de l’état de droit et se mettre à commenter les décisions de justice rendues par de cours indépendantes sur des éléments de cette importance. » Selon lui, discréditer le rôle de la justice, c’est faire le jeu du terrorisme.