le direct Musique sacrée

Débat autour de l’affaire Fillon : une crise de régime ?

L’affaire Fillon fait débat, même chez les catholiques. Plus généralement, elle pousse à des interrogations sur l’état général du fonctionnement du système politique français actuel. Décryptage controversé entre Antoine Nouis, Victor Loupan et Henri Tincq.

Un candidat victime de son engagement catholique ?

Selon Antoine Nouis, François Fillon ne peut plus incarner les valeurs portées par la droite traditionnelle. Victor Loupan explique que les Français, particulièrement attachés à leurs enfants, refusent de voir Fillon toucher à la politique familiale. Henri Tincq avance un point de vue divergent : la décrédibilisation de Fillon est due à son enrichissement personnel et familial, que l’opinion publique ne peut plus supporter.

« Changement de paradigme » ou « crise de régime » ?

Henri Tincq refuse le qualificatif d’ « élection pestilentielle ». Il préfère parler d’un moment de « recomposition » des blocs politiques, notamment à droite, dans un climat de violence. Au contraire, Victor Loupan affirme : « nous sommes dans un processus populiste ». Il y a, selon lui, une disparition des sas qui isolent la pouvoir du peuple. Il va jusqu’à remettre en cause la séparation des pouvoirs, notamment du pouvoir judiciaire, ce qu’Henri Tincq juge grave et excessif « au regard des principes de la démocratie ».

Le pouvoir médiatique en question

Faut-il alors considérer les médias comme un éclairage ou un outil de manipulation ? Selon Antoine Nouis, il « est toujours sain de se remettre en question » : ce que dit la presse est-il vrai ou non ? Le véritable problème, pour Victor Loupan, réside dans le fait que la vérité est une notion chrétienne. La question porte donc sur la recherche du critère de vérité, dans une société où tout se vaut.