le direct Musique sacrée

Persécution des chrétiens en 2016 : « il y a une montée du nationalisme religieux »

Pour la 25ème année, l’association Portes Ouvertes a rendu public son rapport mondial sur la persécution des chrétiens, près de 948 personnes ont perdu la vie en raison de leur foi en 2016. 

Intervenant dans 60 pays, avec des bureaux dans 25 pays, l’association Portes Ouvertes poursuit son engagement aux côtés des minorités. L’index mondial de persécution des Chrétiens prend en compte « deux sortes de persécutions : les persécutions violentes, qu’on appelle persécution marteau et la persécution étau, une oppression discrète et quotidienne », explique Claire Lacroix. Dans le monde, on estime à près de 650 millions le nombre de chrétiens, près de 215 millions sont considérés comme souffrant d’un niveau de persécution élevé.

Cette année, l’index estime que 948 personnes ont perdu la vie à cause de leur foi dont 695 au Nigéria. Le nord du pays, principalement musulman, applique la charia et ne laisse aucune liberté aux chrétiens. Boko Haram est en repli depuis quelques mois, ce qui explique la nette diminution du nombre de victimes avec une baisse de 73 %.
0001Le repli de l’Etat Islamique explique également la diminution du nombre de victimes au Moyen-Orient. Mais elle s’explique aussi et surtout par la fuite de population fuyant Daesh et la guerre ou que ces personnes sont déjà mortes.

« La violence à l’encontre de chrétiens dans un pays est le signe d’une église visible. Par exemple, l’Érythrée a baissé dans l’index parce qu’il y a moins de violences, mais ça s’explique parce que les dirigeants chrétiens sont soit en prison, soit ils ont quitté le pays. Donc il y a moins de violences ou moins de morts mais ça ne veut pas dire qu’il y a moins de persécutions. » souligne Michel Varton.

Quid de l’index

« Nous avons apporté près de 15 millions de dollars aux réfugiés au Moyen-Orient » indique le président de Portes Ouvertes, nous apportons un soutien moral, spirituel mais aussi humanitaire ». Il s’agit d’informer sur le sort des chrétiens, informer la presse et le monde. « L’index a été crée pour mieux comprendre les persécutions des chrétiens afin de pouvoir les aider au mieux sur place » rappelle Claire Lacroix, « nous avons un questionnaire que nous faisons remplir à nos équipes sur place mais aussi à des responsables d’Eglises dans les pays concernés, des experts sur le domaine et nous croisons tout cela avec des sources externes.« 

La montée du nationalisme religieux

Seize ans déjà que la Corée du Nord caracole en tête de ce triste classement. Si les chiffres manquent, le pays le plus fermé du monde détient des dizaine de milliers de chrétiens dans ses camps de travail. De nouveaux pays ont fait leur entrée dans le classement, le Sri Lanka par exemple. La montée du nationalisme religieux est la première source de persécution en Asie du Sud Est. Pour Michel Varton, c’est le retour à l’hindouisme qui l’explique: « Nous constatons aujourd’hui une vague de nationalisme ethnique autour du monde et de fondamentalisme religieux (…) nous avions signalé les années précédentes que le Moyen-Orient et l’Afrique Sub-Saharienne étaient des foyers de persécutions. Mais pour l’année 2016, nous constatons que la situation en Asie du Sud Est s’est fortement dégradée. Nous parlons de l’Inde, du Bangladesh, de la Malaisie, le Laos, le Bhoutan, le Vietnam et pour la première fois, le Sri Lanka rentre dans l’index des 50 pays les plus persécuteurs. Il y a différents mécanismes pour expliquer tout cela: il y a l’islam extrémiste, le nationalisme religieux avec le bouddhisme et l’hindouisme. Cette année par exemple, l’Inde est passé en 15 ème position dans l’index des persécutions. Il a un retour à l’hindouisme qui est soutenu, promu par le gouvernement de Narendra Modi. Dans ce pays, on cherche à « reconvertir » les chrétiens à l’hindouisme ». 

Il existe encore douze pays dans le monde où il est impossible, pour l’église, d’obtenir une reconnaissance légale. Elles ne peuvent que fonctionner illégalement sous peine de descentes de police, de destructions. Il est impossible de les chiffrer puis qu’invisible.

A noter que pour la première fois, la France est citée dans l’index avec l’assassinat du Père Hamel à St Etienne du Rouvray et la mort d’un migrant iranien au camp de Grande Synthe à cause de sa conversion.

0001