le direct Musique sacrée

Enfants du Mékong : « donnez du sens à vos cadeaux »

« Donner du sens à Noël » : une opération lancée par Enfants du Mékong. Objectif : offrir un parrainage à un proche comme cadeau solidaire pour permettre à un enfant d’Asie du Sud-Est d’aller à l’école.

banniere-noel-300x250A l’heure de la course aux cadeaux, Enfants du Mékong propose la retour à la solidarité, en prenant le contre-pied du tout consumériste. L’idée ? Redonner à Noël sa dimension de partage, une dimension qui incite à aller vers l’autre et sa condition. Il s’agit donc d’offrir à son enfant, non pas la dernière tablette, mais un parrainage qui permettra à un enfant d’Asie du Sud-Est de rejoidre les bancs de l’école. Pour l’enfant-parrain, c’est aussi la prise de conscience que l’éducation est plus qu’un droit, une chance. Plus que cela, c’est de nouer une véritable relation d’amitié qui est ainsi proposée : l’enfant-parrain pourra échanger des lettres avec l’enfant scolarisé et il aura la possibilité d’aller rendre visite à son filleul en Asie. c’est donc un engagement dans la durée.

>> Offrir un parrainage

>> La page Facebook d’Enfants du Mékong

 

 

lea-photodonner-du-sens-a-noel« Un cadeau qui a du sens » : Babeth, marraine pour Enfants du Mékong

« J’ai rencontré l’association Les Enfants du Mékong, d’abord professionnellement en mettant en place une collecte de dons puis amicalement en prenant le temps de rencontrer cette jeune équipe et de comprendre les enjeux de cette dernière. Pour moi ça a été très vite une évidence de proposer à mes enfants de parrainer un enfant, en tout premier lieu pour aider les enfants de l’association à accéder à l’éducation et à se nourrir, puis de communiquer des valeurs de partage et d’entraide à nos enfants si privilégiés. Ils ont 4, 6, 12, 15 et 17 ans et tous à leur manière gèrent cette nouvelle relation avec leur yeux d’enfants ou d’adolescents, ils ont hâte d’échanger avec leurs filleuls de comprendre comment ils vivent, de les aider, de communiquer mais ils s’inquiètent aussi car ils ont peur de ce qui est différent et lointain mais en réfléchissant ils sont contents de participer à cette aventure et ils se sont engagés de faire de leur mieux pour être les meilleurs parrains. C’est un peu comme leur premier engagement humanitaire qu’ils vont mener seuls à travers les lettres et pourquoi pas des visites. Nous mesurons tous la chance que nous avons de vivre dans nos pays où l’éducation est présente : participer même à toute petite échelle à donner une chance, un repas, un sourire à des enfants qui n’ont pas grand chose nous fait plaisir et nous rappellent que nous pouvons tous participer à rendre le monde meilleur. Voilà l’aventure les enfants du Mékong commence pour nous et j’espère pour longtemps ! »

vinh

Retrouvez les chroniques d’Antoine Besson d’Enfants du Mékong :