le direct Musique sacrée

« Au-delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky » au musée d’Orsay

Le titre de l’exposition actuellement au musée d’Orsay « Au-delà des étoiles, le paysage mystique de Monet à Kandinsky » est peu heureux, mais l’exposition est superbe. On la visite dans un calme et une contemplation qui font du bien.

110 œuvres montrent à quel point la recherche de l’absolu, parfois nommé Dieu, est le but de toute création artistique, des artistes eux-mêmes. L’exposition fait une lecture renouvelée de la peinture de paysage de la fin du XIX au début du XXe, en mettant l’accent sur « les interrogations mystiques » des artistes.

Face à la nature ou à travers elle, ils ont cherché à exprimer leur quête spirituelle par des approches très variées. Si Monet n’avait pas particulièrement de sentiments religieux, ses séries de cathédrales et de meules témoignent d’une recherche métaphysique intense. Ses œuvres ont profondément influencé Kandinsky qui a théorisé tout cela dans « Du spirituel dans l’art », paru en 1911. Une grande place est évidemment réservée au groupe des Nabis (qui signifie « prophète » ou « inspiré par Dieu ») qui, attachés ou non au christianisme,  cherchent des voies spirituelles au contact de philosophies nouvelles en cette fin du siècle où les esprits semblent brouillés et les influences viennent de toutes parts.

Parmi eux, Maurice Denis voulait « baptiser l’art moderne ». Gauguin est présent avec un Christ au jardin des Oliviers surprenant, roux comme lui, exprimant sa souffrance d’artiste incompris. Deux autres très belles découvertes : d’abord, des tableaux d’une école de peintre canadiens représentant une nature splendide, à l’état primitif, comme au premier jour de la création, les sommets des montagnes touchant le ciel dans une incroyable symbiose. Et une salle consacrée à l’œuvre d’un artiste inconnu, Charles-Marie Dulac,  né en 1866, auteur de magnifiques paysages italiens réalisés après sa conversion fulgurante et son rattachement à l’ordre franciscain.

>> L’exposition au Muse d’Orsay