le direct Musique sacrée

Notre-Dame de Créteil : "Osez la visibilité !"

Chantiers du Cardinal : Notre-Dame de Créteil fait peau neuve. Plus de visibilité dans la ville, plus d’espace au service d’une communauté. Découverte en avant-première. Elle sera inaugurée le 20 septembre prochain.

Créteil a toujours été un creuset bienveillant pour les cultures et différentes confessions, notamment la communautés juive, musulmane et catholique.c’est au sein de cette diversité qu’en 1978, sous l’impulsion de l’architecte Charles-Gustave Stoskopf, une première cathédrale très modeste voit le jour au service de la vie paroissiale et du quartier d’une part, de la formation des acteurs pastoraux d’autre part. « Ce n’était pas une grande cathédrale faite pour le peuple de Dieu, l’idée qui prévalait était celle de l’enfouissement dans la ville, de la discrétion, de la convivialité et de la communauté qui se rassemble », explique Marie-Pierre Etienney, responsable du projet « CréteilCathédrale+ » pour le diocèse. Un problème notable lors des grands rassemblement de plus de 1000 personnes.

Pour la petite histoire, lors de son arrivée en 2007, l’évêque de Créteil, Mgr Michel Santier, a tourné plusieurs fois en voiture dans la quartier et n’a pas trouvé la cathédrale. Il s’est dit étonné par la modestie du lieu et s’est très vite interrogé sur la cohérence avec la vie de la cité.

C’est l’église Notre-Dame de l’Arche d’Alliance dans la 15ème arrondissement de Paris qui a servi d’inspiration, notamment pour sa qualité liturgique. Elle avait déjà été réalisée par le cabinet Architecture-Studio. L’objectif ? Interpeller les habitants, « oser la visibilité », comme l’explique Bruno Keller, directeur général des Chantiers du Cardinal.

flèche-clocherUne visibilité qui passe par un déploiement vertical sur les fondations même de l’architecture blanche de Stoskopf. Le clocher-ciel a ainsi été déporté volontairement pour faire signe dans la ville, et être notamment visible depuis les axes urbains et l’avenue du général de Gaulle.

Autre volonté de l’architecture : l’ouverture sur la ville. Elle repose sur la double coque sphérique de bois qui a été créée, telle une arche de Noé. Petite visite avec Alain Bretagnolle de l’Agence Architecture-Studio.

vitrail

Le rôle de la lumière

Il y a donc ce vitrail concentrant les couleurs primaires de la lumière. Des tons bleu-verts à l’est, bleu-violets à l’ouest avec nuances allant du rouge à l’orange . Son créateur Udo Zembok explique sa démarche : « C’est l’idée que la lumière solaire entre, métamorphosée ou pour ainsi dire ‘spiritualisée’ dans l’espace sacré ».Vierge de l'Apocalypse

Sur le fond de choeur, des lames de laiton  collées sur le bois semblent incarner les « langues de feu de la Pentecôte », souligne Marie-Pierre Etienney. Il s’agit d’une création de Stéphane Durand et Véronique Folhen. Il y a aussi la sculpture réalisée par Françoise Bissara-Fréreau, « Marie de l’Apocalypse », tournée vers la Croix.

Plus de visibilité donc, mais aussi plus d’espace, puisque l’on passe de moins de 600 à plus de 1100 places, incluant la nef, les tribunes, la chapelle, mais aussi une salle de conférences et un auditorium séparés par des parois mobiles.

La dédicace de Notre-Dame de Créteil aura lieu le 20 septembre 2015. Parmi les temps forts, la réalisation d’une oeuvre éphémère : un Te Deum pour rendre gloire à Dieu, entrecoupé de poèmes de La Tour du Pin dans la liturgie des heures.

Le coût global des travaux s’élève à 9 millions d’euros. Les Chantiers du Cardinal ont participé à hauteur de 1 million d’euros.

Réécouter Réécouter l’éditorial de Gérard Leclerc

Réécouter Réécouter Ecclesia Magazine  spécial consacré à Notre Dame de Créteil

Réécouter Réécouter la messe d’inauguration