le direct Musique sacrée

Le pape François en Ouganda et Centrafrique : les temps forts

Après le Kenya, le pontife argentin s’est rendu à Kampala notamment et Bangui. Il a rappelé le besoin d’une gouvernance bonne et transparente et a encouragé le dialogue interreligieux en Centrafrique. Retour sur les temps forts.

En Ouganda

Le Saint-Père a souhaité avant tout rappeler la nécessité de l’honnêteté au sein d’un gouvernement afin d’assurer une « sage et juste distribution des biens » . Un discours prononcé devant le président ougandais Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 30 ans. Il a également rappelé la nécessité de ne pas accepter la corruption « à chaque fois qu’une personne accepte un bakchich dans sa poche, il détruit son cœur, sa personnalité et sa patrie ». Une nation forte de nombreux jeunes. Ils ont été  conviés à venir témoigner devant le pape, 10 000 avaient fait le déplacement.

Enfin le pape François a souhaité honorer les martyrs catholiques et anglicans, en se rendant au sanctuaire de Munyonyo. Acclamé par la foule, le souverain pontife a été accueilli par des percussions et des danses traditionnelles avant de se rendre là où avait péri saint André Kaggwa, premier martyr ougandais.

 

En Centrafrique

La tension était palpable à Bangui. Lors de son arrivée, dimanche, le pape a été accueilli par la présidente Centrafricaine de transition Catherine Samba-Panza qui lui a demandé pardon au nom de tous les centrafricains pour les violences qui frappent le pays depuis 2013 entre les rebelles Seleka et les milices chrétiennes anti-balaka, « un pays détruit dans ses fondements par plusieurs décennies de crise à répétitions (…) un peuple tenaillé par la haine et l’esprit de vengeance ».  Le pape a lui demandé d’éviter « la tentation de la peur de l’autre, ce de qui ne nous est pas familier, de ce qui n’appartient à notre ethnie, à nos options politiques ou à notre confession religieuse ». L’ONU avait, par ailleurs, renforcé la sécurité du souverain. Il a également rendu visite aux musulmans dans le quartier PK5, où ils étaient nombreux à se masser sur les trottoirs. Il a également visité la grande mosquée, déclarant que les « chrétiens et les musulmans sont des frères » et rappelant qu’il fallait dire « non à la vengeance, à la violence et à la haine ».   

  Avant de quitter la Centrafrique, le pape a exhorté les Ougandais de prier pour lui.