le direct Musique sacrée

Deux nouveaux organistes à l’église Saint-Eustache

orgue-eglise-saint-eustache-1

Le concours de recrutement de nouveaux organistes de la paroisse Saint-Eustache à Paris, s’est clôturé le mardi 24 mars 2015.

 A l’issue des épreuves publiques organisées par la paroisse de Saint-Eustache, ce ne sont pas trois mais deux jeunes organistes qui ont été nommés. Baptiste-Florian Marle-Ouvrard (33 ans) et Thomas Ospital (25 ans) ont été proclamés par le jury, nouveaux co-titulaires de l’orgue. Ils succèdent à Jean Guillou. Le curé de l’église a salué le « fair-play de l’ensemble des candidats » du concours auquel 52 musiciens ont participé dont les 7 finalistes auditionnés ce mardi. Marc-Olivier Dupin, président du jury, revient sur ce vote.

Des parcours prestigieux

Baptiste-Florian Marle-Ouvrard a suivi une formation de choriste à la Maîtrise de Radio France avant de se tourner vers les instruments à clavier en général, l’orgue en particulier. Passé par le CNR de Paris, le CNR de Saint-Maur-des Fossés puis le CNSM de Paris, ayant notamment suivi l’enseignement de Pierre Pincemaille, Olivier Latry, Thierry Escaich, Philippe Lefebvre, Jean-François Zygel. Il est particulièrement réputé dans l’art de l’improvisation, qui lui valu plusieurs prix dans des concours internationaux. Il développe par ailleurs un intérêt prononcé pour l’aéronautique et a obtenu en 2008 sa licence de pilote privé.

Thomas Ospital est quant à lui, originaire de Ayherre, un petit village du Pays Basque. Il est organiste titulaire de la paroisse Saint-Vincent de Ciboure, depuis ses 16 ans. En 2013, il y a inauguré un nouvel orgue. Élève au CNSM de Paris des mêmes professeurs que son confrère, il fut primé lors de concours notamment à Chartres en 2012 et en 2014. Il vient d’être lauréat du Grand Prix Jean-Louis Florentz au concours d’Angers, sous l’égide de l’Académie des Beaux-Arts. Thomas Ospital se produit régulièrement à l’international, aussi bien en soliste, en musique de chambre ou avec des formations orchestrales. Malgré dix prix déjà remportés dans différents concours, le jeune virtuose a encore du mal à réaliser cette nomination.

Un concours qui a été « psychologiquement difficile  » pour Thomas compte tenu de sa durée, 3 mois. Il a également nécessité d’importantes répétitions.

La journée d’audition de mardi s’est quant à elle déroulée « dans la joie« , affirme t-il, heureux de partager cet orgue au côté de Batiste-Florian avec qui il partage beaucoup sur le plan musical et liturgique. Ensembles, ils espèrent renforcer les partenariats entre l’orgue et les institutions environnantes.

Marc Olivier et les autres membres du jury ont confiance en ces deux jeunes musiciens.

Sources : Le Paris des orgues, Association des grandes orgues de Chartres,