le direct Musique sacrée

Créer une "ONU des religions" : la proposition de Shimon Peres au pape François

Reçu ce jeudi 4 septembre en audience privée par le Saint-Père, l’ancien président israélien a suggéré au pontife de prendre la tête d’une « Organisation des religions unies », « meilleure manière de s’opposer aux terroristes qui tuent au nom de la foi ».

Et si le pape François était le premier Secrétaire de l’« ONU des religions » ? C’est en tout cas l’idée que défend Shimon Peres. Idée qu’il a expliquée lors d’une interview accordée à l’hebdomadaire italien catholique Famiglia Cristiana.

Shimon Pérès et le pape François à Tel Aviv

« Aujourd’hui, les guerres éclatent essentiellement avec comme prétexte la religion », a souligné l’ex-président israélien, « nous sommes confrontés à des centaines, voire des milliers de mouvements terroristes qui prétendent tuer au nom de Dieu ». Pour faire face à tout cela, il existe déjà une institution, les Nations Unies, mais c’est une « institution politique », ajoute-t-il, « qui n’a ni les armées dont disposaient les nations ni la conviction qu’engendre la religion ». D’où l’idée d’une « ONU des religions » présidée par le pape François. « Peut-être pour la première fois dans l’histoire, le Saint-Père est un leader respecté en tant que tel par les religions les plus diverses », a déclaré Shimon Peres, « je dirais même plus, il est peut-être le seul leader respecté ».

Une proposition suivie avec « attention »

Le pontife n’a évidemment pris aucun engagement personnel quant à la proposition de Shimon Peres, mais a dit l’accueillir « avec attention et intérêt ». C’est en tout cas ce qu’a révélé le Père Federico Lombardi lors d’une conférence de presse. « Il y a des dicastères du saint-Siège dévolus à cette activité, ceux pour le dialogue interreligieux et de Justice et Paix », a répondu le pape François à Shimon Peres, « les cardinaux Tauran et Turkson suivront avec attention cette proposition ». Le 8 juin dernier, le Saint-Père avait invité Shimon Peres et Mahmoud Abbas au Vatican pour une prière historique et symbolique pour la paix, en présence également du patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée.

>> Israël : le pape François et Shimon Peres plantent l’olivier de la paix