le direct Musique sacrée

Le premier message pour la paix du pape François

Il sera lu dans toutes les églises le 1er janvier 2014. Le message du Saint-Père intitulé « Fraternité, fondement et chemin de paix » a été rendu public ce jeudi 12 décembre.

 

C’est le cardinal ghanéen Peter Turkson qui a présenté le message du pontife à la presse. Représentant le pape François lors de la cérémonie en hommage à Nelson Mandela, il en a profité pour rappeler combien Madiba avait su « convertir les coeurs et éviter le fratricide ». Et Mgr Turkson de faire un parallèle avec la mission du Saint-Père qui elle aussi de « convertir les esprits et les coeurs ».

La lutte contre la pauvreté, l’égal accès pour tous aux richesses et un meilleur vivre ensemble sont les principaux thèmes abordés par le pape dans son message  qui sera donc lu le 1er janvier prochain, Journée mondiale pour la paix.

« Repenser nos modèles de développement »

Assurer que « tous puissent accéder aux capitaux, aux services, à l’éducation, à la santé et aux technologies »: voilà, rappelle François, ce qui doit être le principal objectif des chefs d’Etat aujourd’hui. Et le Saint-Père de les exhorter à mettre en oeuvre des « politiques efficaces basées sur le principe de fraternité », rappelant au passage leurs devoirs à l’égard des peuples: « le devoir de solidarité qui exige que les nations riches aident celles qui le sont moins. Le devoir de justice sociale et le devoir de charité universelle, qui implique de promouvoir un monde plus humain pour tous ». Pour le Saint-Père, il est évidemment question de lutter contre la pauvreté, et plus précisément contre ce qu’il appelle la « pauvreté relative », une pauvreté qui amène à de graves « inégalités entre des personnes et des groupes cohabitant dans la meme région ou dans un contexte historico-culturel déterminé ».

« Changer nos modes de vie »

Se référant à l’histoire de Caïn et Abel, le pape François souligne par ailleurs la « difficulté qu’ont les hommes et les femmes à vivre ensemble, et à prendre soin les uns des autres ». Il va même jusqu’à employer des mots forts, parlant de « globalisation de l’indifférence »: « On s’habitue lentement à la souffrance de l’autre », explique le saint-Père, « la globalisation nous rend donc plus proches mais pas plus frères » (mots repris à Benoît XVI). Dans la ligne de mire du pape, une fois encore, « un individualisme diffus, un égocentrisme et un consumérisme latents qui affaiblissent les liens sociaux ». Une manière de vivre axée sur la consommation et le profit. Il faut plus de fraternité, lance François comme un cri d’appel, plus de fraternité pour faire face aux guerres cruelles qui se dessinent également dans les domaines économiques et financiers.

Enfin, le pontife réitère son opposition à tous ceux qui « utilisent les armes pour semer violence et mort ». Il appelle de ses voeux la non-prolifération des armes mais aussi le désarmement de tous, en commençant par le désarmement nucléaire et chimique.

Source: AFP – News.Va

 

>> Lire le message du pape François dans son intégralité