11.10.12 Catégorie(s) : Vie de l'Eglise

Le Christ est la Lumière des peuples

Votée lors de la troisième cession du Concile Vatican II, Lumen gentium est la troisième constitution adoptée par les pères conciliaires. Retour dans Ecclesia magazine avec notre invité le Père Patrick Sempere sur une constitution qui a demandée de grandes réflexions de la part des pères conciliaires. >> Lire le texte Réécouter l’émission d’Elodie Chapelle…

Votée lors de la troisième cession du Concile Vatican II, Lumen gentium est la troisième constitution adoptée par les pères conciliaires. Retour dans Ecclesia magazine avec notre invité le Père Patrick Sempere sur une constitution qui a demandée de grandes réflexions de la part des pères conciliaires.

>> Lire le texte
Réécouter Réécouter l’émission d’Elodie Chapelle

 

Chapitre I 

L’Eglise est voulue par Dieu comme « le sacrement du salut des hommes ». Celle-ci renvoie à « un Autre » qui est Dieu. Ce n’est pas seulement « la partie visible » de l’Eglise que le Concile veut mettre en avant mais aussi son « corps mystique ». Le père Sempere explique une volonté du Concile de révéler « l’unité de l’Eglise » en montrant que celle-ci est en même temps « l’Eglise du Ciel » et en même temps « l’Eglise visible ».

Chapitre II

Il s’agit d’une « redécouverte du sacerdoce baptismal ». Les pères conciliaires « réaffirment » toute l’importance des laïcs dans l’Eglise. De par leur baptême, les laïcs sont prêtres, prophètes et rois et participent ainsi à la « dignité du Christ ».

Chapitre III

Il s’agit du chapitre qui a opposé le plus et suscité le plus de débat au sein des pères conciliaires. Le nœud du problème, « la collégialité des évêques et la sacramentalité de l’épiscopat ». Le père Patrick Sempere explique que « l’unité de l’épiscopat est constitutive de l’Eglise ». C’est une unité qui manifeste non pas une uniformité mais une diversité. La sacramentalité c’est que l’épiscopat est la source de tous les ministères ordonnés. Ces évêques doivent être pris en compte dans un « collège qui doit être en lien avec sa tête qui est le pape ».

Chapitre IV

L’Eglise repose aussi sur les laïcs qui ont une « mission dans le monde ». Ces derniers peuvent « consacrer le monde » (vie de famille, vie sociale…). Le père rappelle que se sont les seuls qui peuvent le faire. « Consacrer, c’est tourner vers Dieu, ajoute t-il ».

Chapitre V

Les pères conciliaires réaffirment que « la sainteté est pour tous » et pas seulement pour les religieux. Comme Dieu seul est Saint, il n’y a qu’une seule sainteté dont chacun doit participer à sa manière, selon les dons reçus par l’Esprit Saint.

Partagez sur les réseaux sociaux :