Un Jour, une Idée

Podcasts

22 mars 2018 : #BuzzDeLaSemaine, Facebook, nouveau faiseur de prince ?

pexels-photo-355952

Le #BuzzDeLaSemaine avec Louis-Marie Picard, chroniqueur. 

Depuis vendredi Facebook est dans la tourmente après les révélations du NY Times sur l’affaire Cambridge Analytica. Rappel des faits ? 

Le scandale est éthique et politique. Cambridge Analytica, est une entreprise de communication stratégique accusée d’avoir volé les données personnelles de 50 millions d’utilisateurs inscrits sur les listes électorales américaines via Facebook pour établir un profil psychologique de l’électeur. C’est ce qu’on appelle la psychographie. Elle l’a fait pour le compte de Donald Trump et ça a eu un impact évident dans la campagne américaine marquée par les Fake News car bien qu’ayant remporté moins de vote qu’Hillary Clinton, Trump a gagné les swing states comme la Floride par 113 000 voies grâce à des spots télévisés très ciblés.

Qui est responsable du scandale ?

Les deux se renvoie la responsabilité. Cambridge Analytica estime qu’ils ont obtenus ces données personnelles de manière légale en utilisant la plateforme de Facebook. Ce qui est juste.

Mark Zuckerberg à réagit hier à 21h, l’heure où le trafic sur Facebook est la plus importante dans le monde entier dans une longue explication. Il confirme qu’il y a bien eu des failles de leur part sur la protection des données. Zuckerberg fait dans le responsable mais pas coupable. Pourtant si un banquier a laissé la porte de votre coffre ouverte, as t-on le droit de se retourner contre son banquier

Est-ce que Facebook est le nouveau faiseur de prince ? 

Facebook est une entreprise commerciale qui sait exister politiquement. Barack Obama en 2008 s’est aussi fait aider par une armée de spécialistes du numérique dont Chris Hughes, cofondateur et porte-parole de Facebook qui a été promu coordinateur de l’organisation en ligne de la campagne.

Quelles sont les conséquences pour Facebook ? 

Hier un tweet a fait le buzz. Il est l’œuvre de Brian Acton, le fondateur de WhatsApp qui disait : « C’est l’heure. Supprimons Facebook ». WhatsApp qui a été rachetée par Facebook en 2014 pour la modique somme de 16 milliards de dollars.

Ce n’est pas le seul. Sean Parker, ancien président de Facebook, a avoué qu’il n’avait pas prévu « les conséquences d’un réseau, lorsqu’il grandit à 2 milliards d’utilisateurs (…). Seul Dieu peut savoir ses conséquences sur le cerveau de nos enfants ».

En décembre, Chamath Palihapitiya, ancien vice-président du réseau social, a carrément fait part de son « immense culpabilité »

C’est vrai que Facebook dont le CA est supérieur au PIB de la Belgique n’a même pas 15 d’existence n’arrive pas à se contrôler. Sa présence a changé l’histoire du numérique et a influé sur l’histoire. Il est devenu un adolescent qui n’arrive plus à se contrôler.

Quel usage doit-on avoir de Facebook ? 

Il faut l’utiliser avec intelligence et sagesse. L’intelligence c’est de savoir que la tomate est un fruit, la sagesse est de ne pas en mettre dans une salade de fruits. Ainsi va Facebook, il faut avoir à l’esprit que publier sur Facebook c’est donner de l’argent à Facebook. Certes la plateforme est gratuite mais dans le marketing quand un produit est gratuit, c’est que le produit c’est vous.

Si vous avez besoin d’aimer, de partager, de grandir en amitié. Opter plutôt pour une retraite en foyer de charité ou ailleurs. C’est tendance.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *